Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Alerte rouge : fonctionnaires, bientôt au chômdu

30 Avril 2008 , Rédigé par Miette Publié dans #Luttes

Conseil Général du Nord :
 grève le 15 mai 2008




Nous voici bientôt tout nus comme les copains du privé. Eux, ils n'ont plus de code du Travail (par ricochet, nous non plus d'ailleurs pour les textes qui renvoient au Code) . En guise de Code simplifié, ils vont se prendre en pleine figure un Code démultiplié mais vidé de son contenu. Et nous, nous voyons disparaître la garantie de l'emploi avec le projet de loi  sur la mobilité qui accompagne  la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP).
Ne croyez pas tous ceux que vous entendrez cri
er avec nous  au scandale : souviens toi du Congrès de Versaille,  des abstentionnistes et du Traité de Lisbonne.  Du PS à la droite, ils sont nombreux à être  favorables à la mise à mort de la Fonction publique de carrière et de la sécurité de l'emploi. Un statut clair et protecteur ne favorise pas le clientélisme à l'embauche. Pour ceux qui détiennent un peu de pouvoir, il est toujours préférable de mettre en place des personnes qui leur sont dévouées parce que redevables et puis...ça les rend moins critiques et moins combatives. La précarité ça rend humble.

Bon, tout n'est pas encore perdu mais ce n'est pas loin. Ce coup-ci, c'est le dernier et il faudrait ne plus  compter sur les autres, les militants et les habitués du bitume. Si les fonctionnaires, leur famille, leurs chiens, chats et cochons d'inde voire même les poissons rouges - tous ceux dont la gamelle est remplie par leur traitement (salaire) du (de la)  fonctionnaire  -  ne descendent pas  dans la rue en masse pour stopper les décisions du gouvernement, eh bien, un grand nombre d'entre-nous pourra commencer à calculer son coefficient d'employabilité : cursus, parcours professionnel, âge, sexe, mobilité, exigences salariales.  Bah, l'ANPE nous proposera au moins deux offres dites recevables avant de nous larguer. Ah oui, c'est vrai, nous ne cotisons pas donc pas d'allocations chômage. Ah zut.

Vous trouvez ce texte cynique ?  Juste lucide et nous  vous invitons  à participer à la journée d'action du 15 mai 2008 organisée à l'appel des cinq syndicats suivants : CFTC, CGT, FSU, Sud - solidaires et l'UNSA.

Pour plus d'infos vous pouvez consulter le blog de SUD (lien ci-contre) ou vous rendre à l'adresse suivante où vous trouverez un bon tract informatif et traditionnel :
http://www.spterritoriaux.cgt.fr/IMG/pdf_Tract_fede_150508.pdf

Et on ne  parle pas de nos retraites - ça nous ferait pleurer.


Lire la suite

Pourquoi les prises d'otage se multiplient-elles ?

23 Avril 2008 , Rédigé par Haut Parleur Publié dans #Luttes

Après les magasins Carrefour, voici La Redoute… ces grèves dont on parle peu sont pourtant les plus longues. Il est vrai que les projecteurs sont braqués sur l’éducation nationale ou sur les ports , mais n’oublions pas nos camarades d’à coté. Plus de 600 salariés en AG  le 21 avril ! N'oublions pas non plus les camarades du site Dunkerquois de Coca Cola

Ces deux grèves dont on parle peu sont pourtant des mouvements revendicatifs forts, d’autant plus qu’ils pointent sur ce que le Candidat Sarkozy avait mis en avant sur toute sa campagne : le pouvoir d’achat !

La Redoute, et toute la VPC dégagent toujours plus de profit mais qui en bénéficie ? Ceux qui suent à longueur de journée pour que vos achats soient livrés en « 24 H chrono » ? Non bien sûr ceux-là, qui avec les caissières des supermarchés forment le néo-prolétariat, n’ont droit qu’à la poussière, ce qui n’est, somme toute pas très nourrissant !

Non ceux qui engraissent sont ceux qui comme toujours, restent derrière leur bureau, les « donneurs d’ordres », les golden boys, les néo rentiers.

Oui nous pouvons parler de prolétaires et de rentiers, car la situation d’aujourd’hui possède en de trop nombreux points des similitudes avec la situation sociale du XIXème. Relisez Zola, mais surtout celui qui aura été au cœur de la campagne présidentielle : Jaurès. Et vous verrez que la situation est par trop identique.

Certes nous avons gagné des droits, mais le fond a t-il véritablement changé ? Les financiers mènent le monde, les  patrons exploitent la sueur des autres. Les rentiers, aujourd’hui on dit actionnaires, engraissent.

Si ça continue ainsi, ce n’est pas un nouveau Mai 68 qui viendra, mais une nouvelle «Commune » !

Salariés de tout poil, luttez pied à pied pour vos droits. Les gens de la redoute réclament 150 €, nous nous pouvons réclamer la NBI  pour tous les collègues.

Donnez une occasion aux élus du Conseil général d’appliquer leur slogan de campagne :

 



Post scriptum : La CGT du Commerce appelle à la solidarité (financière) avec les camarades en lutte de La Redoute, leur combat est aussi le notre vous trouverez ici link le texte de l'appel.

Lire la suite

Messieurs les journalistes...

13 Avril 2008 , Rédigé par Haut Parleur Publié dans #backlash


 

Que le gouvernement Blingbling cherche aujourd'hui à nous faire croire, à grand coup de chiffres invérifiables, en une soi-disant baisse du chômage et des RMIstes qu'il essaye de faire passer pour une relance de l'emploi,  soit.

Mais que diable ! N'êtes vous que les caisses de résonance de ce gouvernement d'esbroufe qui ne connaît que le discours comptable?

Non, ce n'est pas le chômage qui baisse, vous le savez tout comme nous et il n'est qu'à lire le témoignage de Fabienne Brutus pour s'en assurer : ce qui baisse est le nombre de personnes à « la recherche active d'un emploi à plein temps ». Ce qui exclut : les personnes  en formation permanente ou qualifiante, les femmes enceintes, les parents en congés parental, les personnes à la recherche d'un emploi à temps non complet et toutes ces personnes qui ont renoncé, souvent encouragées en ce sens par les conseillers de l'ANPE...

Quant au RMI, la politique de flicage, la mise en place du RSA et autres outils à précariser a forcement un résultat.

N'oublions pas tous ces gens que l'on pousse vers la retraite plus ou moins anticipée.

Messieurs les journalistes, pourquoi ne vous entend-on pas plus souvent donner le solde véritable du chômage ? Ne serait-ce que les chiffres du BIT, histoire de montrer que vous n'êtes pas que des acteurs de la propagande gouvernementale

 

Lire la suite

IIs défendent les 40 H ! dit le Jobastre

6 Avril 2008 , Rédigé par Haut Parleur Publié dans #backlash


Quelle fatuité !
Quelle impudence !

Le gouvernement remet le couvert et convoque les «partenaires» sociaux à la table de non négociation avec notamment la volonté de prolonger la durée de cotisation retraite d’une année pour commencer...

Et voila que l’un de ceux qui nous ont planté le premier poignard  en acceptant  l’inacceptable allongement à 40 ans qui nous toise aujourd’hui et pérore sur le mode « vous avez vu, ceux qui étaient contre hier, défendent les 40 ans aujourd’hui »
Arrogance extrême de celui qui nous a confisqué le choix !


Grâce à lui au lieu des croissants nous n’avons plus le choix qu’entre pain sec ou croûton"



Lire la suite

Bon-sens versus management

3 Avril 2008 , Rédigé par Polyphème Publié dans #new-age management

 Bonheur Patronal Brut

"Manager, c'est donner du sens" in Partenaires - Mars 2008

 

 

Encore un article sur la DGARH dans « Partenaires », le journal de la DGARH et fanzine présidentiel. Cet article qui présente une nouvelle responsable est intitulé : « Manager, c’est donner du sens ».

« Manager » ! Quel mot ! Mais surtout quel sens ?

Habitués à la légèreté du journal de « la vie heureuse au travail», nous sommes quand même consternés par l’apparente vacuité de cette phrase.

Il est paradoxal de parler de sens dans une phrase qui n’en n’a pas, pour autant, en y réfléchissant bien, on y trouvera les signes d’une certaine détermination.


Intéressons-nous d’abord à l’aspect lexical. Pour ce verbe, pivot de la doxa libérale, rien dans le Littré, rien dans le Grand Robert de 1953. Ce mot n’apparaît que sous la forme de substantif, dans une acception relative au spectacle et au hippisme. Tiens donc…

Ce mot est un nouveau concept, une construction intellectuelle qui nous est étrangère, il nous est arrivé tout droit d’Amérique dans les années 80, avec les Mac Do et les sociétés multinationales transatlantiques.


"Il ne suffit pas de construire du sens, il faut aussi donner une direction "

 Mao Zedong - citation apocryphe


Nous savons ce que cela signifie. Il s’agit en fait de substituer aux anciennes relations humaines de direction et d’animation des services, des techniques éprouvées pour imposer aux travailleurs de travailler mieux, de travailler plus pour un moindre coût à l’entreprise. Il faut leur enfoncer dans le crâne que le projet de l’entreprise est également le leur. C’est encore en rajouter, au chapitre de l’aliénation du travail.

Les tenants de ces techniques sont formés à la sociologie et à la psychologie, toutes ces sciences dites humaines qui ont été dévoyées pour n’être plus que des machines à asservir.  

Pour ce qui est du sens, on reste sur notre faim.

Le sens de qui, le sens de quoi, etc... 

Le mot, dans son intransitivité, ouvre le champ à toute interprétation. Nous sommes face à un vide sémantique inouï.

Ce qui laisse perplexe, c’est son association avec le verbe manager ; compte tenu de ce poids idéologique, il est aisé d’imaginer de quel sens il s’agit – le journaliste ne le développera pas, le journaliste ne le dévoilera pas, il vaut mieux le taire -, c’est là la vraie communication de la collectivité.

Nous avions déjà du mal à supporter la communication sarkozienne qui repose essentiellement sur des tautologies (travailler plus pour gagner plus), il va falloir désormais s’éreinter à décrypter la communication de la collectivité.

Elle consiste à présenter la boutique comme un petit Bouthan territorial.

Pourquoi ne pas appeler un chat, un chat, nous qui les aimons tant !

C’est fatigant !
Polyphème


 


















Lire la suite