Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Do you know if your Boss knows where you are ? (1)

29 Mai 2008 , Rédigé par Trinity Publié dans #biopolitique du fou

Conseil Général du Nord

Gestion et marquage du « Parc humain »(2)
par la Radio Fréquence Identification ?

Il semblerait que les VRP des technologies de surveillance et de contrôle n'aient aucun mal à se donner pour vendre leur camelote sécuritaire aux technocrates enthousiastes  du Conseil Général du Nord. D'ores et déjà, deux bâtiments du Conseil Général (près d'Euralille, la DGAS et le Forum des Sciences à Villeneuve d'Ascq) ont été équipés avec des digicodes à reconnaissance digitale. Face à la Science et à la Technologie, les plus religieux, les plus hypocrites ou les plus timides d'entre nous affirment qu'il n'y aurait pas de différence entre un digicode avec pavé numérique sur lequel l'utilisateur entre un code d'accès  et le digicode biométrique. Pourtant dans le passage de l'une à l'autre technologie, c'est une conception de l'humanité qui disparaît. Ceux qui choisissent d'installer des digicodes nécessitant la prise d'empreintes d'êtres humains nous font entrer, par l'utilisation de données biométriques, dans l'ère de la gestion du « parc humain ». Il y a de quoi s'inquiéter et en bon bétail regimber. Le syndicat CGT s'était totalement opposé à ces installations. Mais avant même que les instances paritaires concernées aient été consultées, les digicodes étaient achetés et installés.

Taraudés par leurs passions morbides, voici nos technolâtres branchés par les VRP du contrôle total dans la géolocalisation des éléments du stock et la gestion des flux de fonctionnaires. Alertés par un rapport « vide d'informations » présenté en ... « questions diverses » au Comité Technique Paritaire, notre syndicat s'est inquiété de l'installation de nouveaux portails de contrôle des accès couplée à l'établissement de nouvelles cartes professionnelles. La CGT a souhaité connaître la technologie qui allait être utilisée. Aucun des responsables présents n'a pu, su ou voulu répondre : ni le Directeur Général des Services, ni le Directeur Général Adjoint chargé des Ressources Humaines, ni le Directeur de la Sécurité...et pourtant des contrôleurs RFID (identification par radio-fréquence) sont apparus par techno-miracle à tous les étages à côté des escaliers et des ascenseurs et les cartes professionnelles distribuées sont équipées d'une petite antenne visible par transparence.

Alors, ces hallucinés de l'idéologie sécuritaire vont-ils oser nous fliquer sans vergogne et nous interdire l'accès à certains étages (accès du Président et des Vice-Présidents) ?

Qu'ils y viennent et nous lancerons une opération de résistance qui fera du bruit.

On n'aime pas les mouchards y compris électroniques

A bon entendeur....

(1) Savez-vous si votre patron sait où vous êtes ? traduction littérale -
     traduction plus fidèle :
tu sais si ton patron te flique ?

(2) Sloterdijk, Peter. Règles pour le parc humain. Paris, 2000, Mille et une Nuits.

À consulter sur le sujet : http://www.union-network.org/

L'affiche d'illustration est empruntée à "Union-Network" 

Lire la suite

Entre 7000 et 10000 manifestants le 22 mai dans les rues de Lille

27 Mai 2008 , Rédigé par Haut Parleur Publié dans #Luttes

 

        
   
MERCI

Même si on peut toujours faire mieux, les chiffres, même ceux de la police, sont loin d’être décevants. Surtout lorsque l’on sait que nos salaires de « nantis » largement augmentés par le « président du pouvoir d’achat » ne permettent pas à un certain nombre de salariés et retraités de manifester leur colère aussi librement qu’ils le souhaiteraient. Faut-il encore une fois rappeler que les jours de grève ne sont jamais payés et que par les temps qui courent, une journée de salaire en moins ça pèse lourd même face aux enjeux du mouvement.

Mais au fait pourquoi étions-nous dans la rue ? Certes, il fallait marquer notre opposition à un nouvel allongement de la durée de cotisation. Rappelons que l’on doit à un certain Fillon le passage des 37 ans au 40 !

Mais, si l’on en croit les porte-parole du gouvernement -  qui,  par ailleurs passe complètement sous silence au  matin du 23 les événements de la veille -  vu l’état des caisses et  l’allongement de l’espérance de vie, il faut cotiser plus, c’est à dire plus longtemps.

Contrairement à ce discours médéfien, MEDEF qui souhaite aussi reculer l’âge légal du départ en retraite, l’allongement de la durée de cotisation n’est ni la seule solution ni la meilleure.

Libération présentait un panel de solutions alternatives dans un article (hélas incomplet)
de son édition du 22 mai
http://www.liberation.fr/actualite/evenement/evenement1/327580.FR.php

Au sortir de ce mouvement, on parle beaucoup de conditionner la retraite à la pénibilité, mais cela ne présente- t-il pas nombre d’inconvénients ? Comment calculer cette pénibilité ? Quid alors de la notion de risque ? Et puis ne passerait-on pas à coté de tellement d’autres points inquantifiables ? Mais restons sur la pénibilité, si chacun s’accordera à dire que maçon, conducteur, manœuvre… sont des métiers à haute pénibilité, que penser de celle des employés du commerce (physique ou téléphonique), de la situation des cadres à qui l’on demande toujours plus en les maintenant dans une situation précaire constante (on peut d’ailleurs élargir ce point à TOUS les salariés) ?

Et puis il y a ces métiers dont on dit qu’ils sont « peinards » ou peu pénibles, mais pensez-vous réellement qu’un salarié est aussi « performant » à 60 ans qu’à 30 ? Les patrons eux-mêmes ne croient pas aux bienfaits de l’allongement de la durée de cotisation, le trop faible taux d’emploi des plus de 50 ans n’en est-il  pas la preuve criante ?

Cotiser plus longtemps ?
 Mais Madame Parisot, Monsieur Sarkozy,
 pour cotiser, il faut un salaire donc un emploi…

Mais revenons aux solutions alternatives pour le financement des retraites, je ne reviendrai pas sur les points abordés par Libération dans l’article mis en lien. Mais je reprendrai les conclusions d’un rapport du COR (conseil d’orientation des retraites) de 2001 qui estime que le poids induit par un retour au 37,5 annuités ou par l’augmentation suffisante des cotisations serait totalement supportable et donc la seule solution viable. Un article du Monde de décembre 2007 reprend ce point et démontre par ailleurs  que l’allongement de la durée de cotisation est une mesure hypocrite et dangereuse.
(cf http://www.france.attac.org/spip.php?article7937 )

En 2007 La CGT et le PCF proposaient une modulation des cotisations patronales qui ne seraient allégées que pour les entreprises favorisant l’emploi, la formation et les salaires (
http://www.humanite.fr/2007-11-13_Politique_Financer-les-retraites-exige-une-autre-reforme ) N’oublions pas non plus cette solution qui n’est plus aujourd’hui défendue que par une minorité de gauche et préconisée par la cour des comptes : la taxation des revenus boursiers et particulièrement des stock-options. (à noter que c’est en grande partie grâce à ces Stock-options que les patrons du CAC 40 ont augmenté leur revenu de 56% sur 2007 !).

On le voit, derrière ce mouvement social de contestation se construisent nombre de solutions alternatives, ce qui prouve une fois encore que les salariés, les collectifs et les syndicats ne sont pas seulement une force d’opposition mais aussi une véritable force de proposition. L’attitude de l’Omniprésident, l’arrogance des ministres qui refusent seulement d’entendre ces propositions, montrent  bien que le dialogue social n’est qu’une mascarade à leurs yeux.

Non Messieurs les vassaux du MEDEF, nous ne sommes pas une chambre d’enregistrement que l’on piétine ! Méfiez-vous la colère gronde………

Lire la suite

Détournement de prise d'otage !

16 Mai 2008 , Rédigé par Haut parleur Publié dans #Luttes

Une fois n'est pas coutume, il est temps de dire Bravo Monsieur le président ! Alors que les manifestations n'étaient même pas encore dispersées, Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa avait réussi à détourner tous les regards,  tous les propos, tous les commentaires  des réels sujets qui auraient dû occuper la  place principale de ce 15 mai.

Avez--vous entendu parler de RGPP, des difficultés de l'Education nationale, des revendications de toutes les fonstions publiques, du pouvoir d'achat des fonctionnaires à l'heure où les salaires des territoriaux seront bientôt sous le SMIC ?
Non, car le Président -predigistitateur a réussi , avec la complicité d'une presse qui rappelle l'ORTF présoixante-huitarde et d'une opposition en pantoufle, a faire porter le debat non plus sur les causes de cette grève, mais sur l'un de ses avatars.

Si, on ne sait par quel miracle, on ne qualifie plus les grèves de "prise d'otage" , il fallait bien tout de même qu'on dénigre, qu'on delégitimise ce mouvement très massivement suivi !


Il ne s'agit pas seulement d'une provocation liée à une atteinte au "droit de grève", mais avant tout d'une provocation contre les salariés : NSNB  refuse toute forme de discussion , la  seule idée de reconnaître que la colère monte lui est insupportable, son orgueil ne peut l'endurer !

Monsieur le Président, que préparez-vous pour le 22 ?

Lire la suite