Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Soufflons-nous-mêmes notre forge - battons le fer quand il est chaud

22 Juin 2009 , Rédigé par modérateur Publié dans #multitudes versus ideologie

Cet appel a été lu lors du rassemblement du 13 juin au Havre
Les Unions locales FSU,CGT,CFDT, FO, Solidaires, CFTC, CFE-CGC du Havre
aux confédérations nationales.

Aux Confédérations

Le Havre, le 03 juin 2009

Cher(e)s Camarades,

Les 3 manifestations nationales unitaires interprofessionnelles du 29 janvier, 19 mars et 1er mai, ont témoigné d’un enracinement de la mobilisation et de la détermination des salariés, demandeurs d’emploi, retraités et des jeunes à exprimer leurs revendications et à obtenir satisfaction.

Le gouvernement Sarkozy et le Medef ont fait mine de ne rien entendre et la répétition de journées de mobilisation à l’identique pourrait bien conduire à l’enterrement de notre espoir de gagner un meilleur partage des richesses en faveur des salariés qui n’ont pas à payer la crise.

Les Unions Locales interprofessionnelles du Havre sont déterminées à faire entendre la voix de tous ceux qui luttent aujourd’hui. Si nous voulons gagner et pour rassembler plus encore autour de celles et ceux déjà descendus dans la rue, il faut crier plus fort encore et nos Unions interprofessionnelles sont unanimes pour réclamer à chacune de leur direction nationale de proposer des actions plus déterminées que celles proposées aujourd’hui.

Le 13 juin ne répond pas plus à nos attentes et pour engager des luttes victorieuses, nous réclamons l’organisation d’une manifestation nationale à Paris pour montrer notre force et, pourquoi pas, discuter et préparer une grève générale dont la reconduction pourrait être décidée.

Recevez Chers Camarades, nos fraternelles salutations.

Pour les Unions Locales de l’agglomération havraises.
FSU CGT CFDT FO Solidaires CFTC CFE-CGC

publié par CGT 59

Lire la suite

Conseil Général du Nord - CTP du 18 juin 2009 : LUMIERES et HUMANISME CONTRE BARBARIE TECHNOCRATIQUE

20 Juin 2009 , Rédigé par Morpheus Publié dans #commissions paritaires CG 59

EMPIRISTES ? OUI ! MAIS TRANSCENDANTAUX.

Ce qu'on s'ennuie en Comité Technique Paritaire, et quand on ne s'y ennuie pas on se met en colère. Voilà un peu comment ça se passe. Il y a deux camps assez distincts et qui tiennent à le rester  : l'administration versus les élus du personnel. Ils sont présents à égalité (ou devraient l'être mais au fil des heures, il y a des déserteurs côté administration). Le comité est Présidé par le Vice-Président aux Ressources Humaines avec à sa droite son âme damnée, la DGARH et à sa gauche son assistant en guise d'ange gardien. Nous disposons d'un ordre du jour établi unilatéralement par l'autorité territoriale  - systématiquement bousculé ou allégé - et de rapports succincts que nous recevons très peu de temps avant le Comité.
Cette fois-ci pêle-mêle, nous avions la réorganisation de la DEAJ (Direction affaires juridiques et contentieux), une réorganisation d'un service voirie, la création d'une plate-forme téléphonique à la RH, la délégation de service public au privé de la Télé-alarme départementale, l'expérimentation en pôles sur les UTPAS de Lille, une fiche-métier SMS, la composition de la Commission Formation qui n'a pas siégé depuis un an,  un ratatine-ordure, un écrase-poulet, oh pardon...et en questions diverses, à la demande des syndicats, une intervention sur les problèmes rencontrés par les TOS et l'imposition de congés aux collègues du Forum des Sciences de Villeneuve d'Ascq.

En bon pragmatique, le Président "ouvre la séance en le disant" et expérimente le pouvoir de l'acte de discours. Mais c'est le seul et unique effet qu'il réussira à produire pendant plus de quatre heures de réunion. Ensuite, nous descendons au pas de course l'ordre du jour. Chaque rapport est introduit soit par l'administration, soit par un expert désigné par elle. A part la collègue qui a vaillamment présenté son travail, à savoir la fiche-métier, l'ensemble des experts s'ennuyaient rééllement à mourir et c'était contagieux.

Pour notre part et dans une assez bonne unanimité syndicale, nous avons dénoncé et refusé la réorg. de la DEAJ et celle de la voirie, l'une parce qu'elle était mal présentée, l'autre parce que les agents n'y avaient pas été associés.
Nous avons contesté la création d'un plateau téléphonique avec téléopératrices pour l'info-com de la RH. L'externalisation de la relation-client (relation usager-candidats-collègues) même en homeshore ne peut qu'éloigner un peu plus les gestionnaires de leurs collègues. Les plaintes sont nombreuses depuis la réorganisation de la RH avec la sectorisation par territoires. Les agents obtiennent difficilement  les réponses les plus simples sur leur déroulement de carrière, leurs demandes de formation, leurs souhaits de mobilité. Ce ne sont pas des interfaces humaines branchées sur la téléphonie et l'informatique qui vont améliorer les choses. Et comme l'a souligné Sud, à quand l'externalisation vers une boîte privée  ?
Meuh non ! nous dit la DGARH, c'est tout bon, que du respect et du souci d'organisation efficace. Ah bon et pourquoi l'expert, un attaché,  il a laissé échapper le terme de "CLIENT"?

A chaque CTP, il y a au moins un dossier DGAS, c'est normal pour un Département. Il faut également savoir que notre DGAS est désorganisée sur le long terme puisque ça fait bien dix ans que ça dure et que ça ne s'améliore pas. Et ça  ne risque pas puisque c'est une réorg. conduite selon l'idéologie manageriale qui chacun sait est le "Nouvel Esprit du Capitalisme"(Daniel Bensaïd). Au CG59, l'esprit managerial prend donc le pas avec la bénédiction des socialistes sur l'esprit Service Public.

A l'occasion du débat sur ce dossier, nos camarades de Sud ont mis en évidence qu'"un accompagnement social se construit et ne se décrète pas, ce n'est pas à l'institution de dire quels sont les besoins de la population et de définir selon ses critères les publics prioritaires, sinon nous allons vers une modélisation de l'intervention sociale qui est le contraire du fondement de toutes les professions de ce domaine. La logique sous-tendue par cette organistion nous semble relever de la culture du résultat, de la culture de la norme, de la culture de la rentabilité comptable et économique, dans tous les cas déshumanisante".
 
A cela, le Vice-Président a répondu par un seul mot :" empirisme" sans s'apercevoir que ce faisant il stigmatisait l'esprit des lumières qui imprègne encore  les interventions syndicales et qui mériterait plutôt le terme d'humanisme.

A cela, nous répondons, oui, nous sommes empiristes et il y a pire compagnie que Locke, Hume, Bacon, Diderot, de Condillac, Carnap...mais des empiristes transcendantaux pour lesquels  «(...) il n’y a plus de formes [préexistantes], mais des rapports cinématiques entre éléments non formés ; il n’y a plus de sujets mais des individualisations dynamiques sans sujet, qui constituent des agencements collectifs » Deleuze in Dialogues, 1977, p. 112.

Leurs certitudes sont des chimères, leurs assurances des hochets pour enfants peureux, leur  identité un leurre, leur  unicité une blague.

Oui,  nous sommes des empiristes et le Vice-Président et ses DGA ne sont pas les rationalistes qu'ils s'imaginent être.   Ce sont bel et bien des croyants, des adeptes de la barbarie technocratique. Tout se perd...qu'ils repassent donc par la case "vanités".


cgt 59



Lire la suite

Ministère du chagrin - Hortefeux, la voiture-balai des syndicats

15 Juin 2009 , Rédigé par oracle Publié dans #multitudes versus ideologie

Hortefeux déclare :
" la faiblesse des manifestations ne signifie pas la fin des inquiétudes"

Le capitalisme subit une crise majeure mais conformément à la logique du système, il accélère sa course aux profits et accroît l'exploitation des hommes et des ressources - les conditions de vie et de travail se durcissent partout jusqu'à l'intolérable - parallèlement, les revendications et les désirs d'émancipation se multiplient - le danger d'explosion sociale est grand - les organisations syndicales canalisent les mécontentements sociaux et économiques dans de grandes manifs médiatiques épisodiques - sur le terrain de la vraie-vie les vraies gens souffrent, luttent et s'organisent - les grosses orgas jouent la comédie du tous ensemble et gare à celui qui rompra l'unité le premier - les vraies-gens refusent de voter aux européennes et boudent la grand'messe syndicale du 13 juin - sur le terrain de la réalité, les travailleurs, les sans-papiers, les chômeurs, les précaires, les retraités, s'organisent et les luttes se multiplient - la colère et les désirs échappent au contrôle des orgas - Hortefeux vient à leur rescousse pour relégitimer les partenaires sociaux décrédibilisés. Attention aux masses - attention aux multitudes quand elles vont se mettre en marche sans tutelle  syndicale....le deuxième semestre 2009 pourrait bien être historique.

   PARIS (AFP) -- Le ministre du Travail, Brice Hortefeux, a estimé dimanche que le faible nombre de manifestants enregistré samedi lors de la journée d'action intersyndicale ne signifiait pas qu'il n'y avait plus d'inquiétudes parmi les Français.

   "Il y a à l'évidence des inquiétudes qui se sont exprimées et on ne peut pas faire comme si la faiblesse des manifestations de hier (samedi) signifiait la disparition des inquiétudes", a déclaré M. Hortefeux lors de l'émission Dimanche soir politique (France Inter/I-Télé/Le Monde).

   "Les manifestations n'ont pas été à la hauteur des espérances des organisateurs syndicaux", a relevé le ministre du Travail mais "pour autant je ne balaierais pas d'un revers de main cette manifestation au prétexte qu'elle a été moins dense que prévu, en oubliant les manifestations du 29 janvier, du 19 mars et même du 1er mai".

   Les manifestations de samedi ont réuni 150.000 manifestants dans toute la France selon la CGT et 71.000 selon la police, soit 7 à 8 fois moins que le 1er mai, qui avait déjà moins mobilisé que le 19 mars.

   Interrogé sur d'éventuelles nouvelles mesures anti-crise pour la rentrée, M. Hortefeux a insisté sur le fait que Nicolas Sarkozy rencontrerait "tout début juillet" les responsables syndicaux afin de faire "un état des lieux" des mesures prises pour faire face à la crise.

cgt 59
Lire la suite

Européennes : Sifflage universel

9 Juin 2009 , Rédigé par Le Peinard Publié dans #multitudes versus ideologie

Election des dépotés à la Volière européenne

Nom de Dieu, c'est fini les élections générales. Mince de déballage, ce que les bons bougres ont dû subir de boniments et de proclamations. Les gens foutre et les bougres d'ambitieux ont bien chauffé leurs candidatures et se sont relayés pour peloter le populo. Tas de bandits !

Pourtant les pochetés (électeurs) ne se sont guère grouillés. A croire qu'ils préféraient déchirer leur carré de papier plutôt que d'aller le déposer dans la tinette électorale.

C'est épastrouillant, les bons bougres ne veulent plus de légumeux même ceux qui promettent de bien les gouverner et de ne pas venir farfouiller dans leur porte-braise (porte-monnaie).

Bon, y'a encore des camaros (camarades) embarbouillés dans les vieux préjugés. Aller siffler un bouffe-galette comme Cohn Bendit - le recyclé, passez-moi l'anachronisme - qui bavouillait y'a peu aux tauliers et aux accapareurs  (université d'été du Medef) : "les capitalistes ont raison de vouloir faire des profits" c'est avoir de la merde plein les yeux. Mais majoritairement les pochetés européens ne coupent plus dans le panneau : les bourgeois font la noce, les ministres boulottent notre artiche, les crapules de patrons nous font suer la galette un peu plus ou nous jettent sur le pavé, et le pognon de l'aide publique va aux richards plutôt qu'aux mistoufliers (pauvres).

Dans le même temps, les populos  manquent de croustille et les pauvre-bougres qui vont au chagrin ne sont pas plus heureux que les sans-travail, la paye est maigre, nom de Dieu. Les canailles au pouvoir nous rengainent qu'il n'y a que les feignasses qui crèvent de faim. Fripouilles !

Aussi, tonnerre de Dieu, les pochetés se sont assis sur les tinettes électorales et chez nous ça donne :

exprimés par rapport inscrits (en considérant le vote  blanc - reconnu en Suède -  ou nuls (non comptabilisés ci-dessous)  ou l'abstention comme une expression politique)
Abstention : 60,2 %
UMP : 11,1 %
Parti socialiste : 6,7 %
Verts : 6,4 %
MoDem : 3,4 %
Front National : 2,6 %
Front de gauche : 2,5 %
NPA : 1,9 %

et même refus d'être foutus dans le sac chez les braves coeurs des autres pays : le parlement européen est donc illégitime !

à la manière du "Père Peinard"
cgt 59

Lire la suite

Débat au sein de la base cégétiste - SUITE

3 Juin 2009 , Rédigé par modérateur Publié dans #anti-langue-de-bois

Copie d'un courrier d'un camarade à l'UD du Nord
cliquez sur l'icône



Lire la suite