Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

2 au 6 novembre : maintenir la mobilisation !

31 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #cgt59

Lille : La nouvelle assemblée générale de luttes de l’union locale CGT de Lille vient de décider de poursuivre la mobilisation 

 

- Mardi 2 novembre : priorité est donnée aux actions dans les entreprises (AG de salariés, initiatives de tractage, ...)
- Mercredi 3 novembre : Action interpro (se rapprocher de l'UL de Lille)
- Jeudi 4 novembre : Avant de se rendre au Comité Général de l'UD à Halluin, action interpro
- Vendredi 5 novembre : Nouvelle action interpro (se rapprocher de l'UL de Lille)
- Samedi 6 novembre  : Manifestation unitaire à Lille 14H30, Porte de Paris
Lire la suite
Lire la suite

"En radicalisant le mouvement, on lui redonnera le souffle nécessaire." Hélène, JC, 17 ans.

31 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #Luttes

Source : Forum AC

 

"Tentative d'occupation de la préfecture à saint - Étienne le 2! octobre


Les CRS ont chargé à Saint-Étienne

Une altercation a opposé hier les CRS à un groupe de manifestants qui tentait de s'introduire dans la préfecture. Une première depuis le début du conflit.


Un affrontement de courte durée a opposé hier matin à Saint-Étienne, un groupe de manifestants aux forces de police, tandis que le service de sécurité de la CGT a tenté de s'interposer entre les belligérants.

Le cortège s'est étiré tranquillement entre la gare de Châteaucreux et la rue Charles-de-Gaulle lorsqu'à l'appel des Jeunes Communistes, une cinquantaine de manifestants s'est détachée de la tête du défilé, faisant la jonction au niveau de la préfecture avec une douzaine de «complices» postés aux abords de la place Jean-Jaurès.

Les jeunes ont profité de l'effet de surprise pour s'introduire dans l'enceinte de la préfecture, dont la porte, gardée par deux fonctionnaires de police, n'avait pas encore été refermée. Débordés, les CRS étaient contraints de reculer.

Ce qui ne devait être qu'une occupation pacifique de protestation contre la réforme des retraites a rapidement tourné à la foire d'empoigne après l'arrivée de plusieurs renforts policiers. Très vite, les matraques et bombes aérosol ont logiquement pris le dessus sur les manifestants, qui étaient repoussés hors de la préfecture. Tandis que les grilles se refermaient derrière eux, deux lycéens restaient coincés à l'intérieur (voir ci-dessous).

La tête du cortège, amassée devant l'édifice, prenait fait et cause pour les lycéens. Les policiers ont alors essuyé plusieurs jets de poubelles, tandis que les services de sécurité de la CGT ont su éviter que les événements ne dégénèrent en s'interposant entre jeunes et forces de l'ordre. Des coups ont été échangés de part et d'autre. Le calme — relatif — n'a regagné les esprits que lorsque les deux jeunes bloqués dans la préfecture ont été «libérés».

Cet événement regrettable est venu entacher cette nouvelle mobilisation contre la réforme des retraites ; la septième depuis la rentrée, qui a réuni 5800 personnes selon la préfecture. De leur côté, les syndicats, satisfaits de la «forte mobilisation», n'ont pas souhaité communiquer de chiffres (lire ci-dessous).

Malgré les vacances scolaires, les Ligériens, non-résignés par l'adoption de la loi à l'Assemblée nationale, se sont déplacés en nombre et en famille pour tenter d'obtenir l'annulation du texte. Beaucoup d'entre eux estimaient hier qu'il n'était «jamais trop tard pour combattre une mauvaise réforme».


«Les policiers ne s'attendaient absolument pas à ça, ils ont été complètement pris de cours, désemparés»
Hélène, 17 ans, lycéenne, est membre de la Jeunesse communiste

«L'idée était de s'installer dans la cour de préfecture, symbole de l'État, pour faire un sit-in et montrer que le peuple avait encore son mot à dire.
Nous avons pu pénétrer dans l'enceinte avant d'être repoussés par les forces de l'ordre. Nous n'étions qu'une douzaine à être au courant de l'opération, mais les autres ont suivi par effet de foule. Nous avons été enfermés mon frère et moi, alors que nous tentions de tenir les portes ouvertes pour que les autres puissent entrer à l'intérieur. J'ai reçu un coup de matraque au genou et mon frère a été menotté. Nous avons été emmenés dans un bureau, fouillés, mis à genoux. Ils ont pris notre identité avant de nous relâcher, par peur de débordement, devant la pression des manifestants restés dehors.

Les policiers ne s'attendaient absolument pas à ça, ils ont été complètement pris de cours. Lors de notre interpellation, une secrétaire est même venue demander aux deux agents qui nous interrogeaient s'il fallait faire usage des lances à incendie face aux manifestants… Ils étaient vraiment désemparés.

Nous n'avions aucune intention de tout casser. Il s'agissait d'une opération pacifique, mais nous n'avons pas reculé face à la violence qui nous a été opposée. Les organisations syndicales ne nous suivent pas officiellement, mais les syndiqués et manifestants sans étiquette nous soutiennent. Les gens ont envie que ça bouge, que cette réforme soit retirée.

C'est en radicalisant le mouvement qu'on lui redonnera le souffle nécessaire.»

Leur presse (Sélim B.
Le Progrès), 29 octobre 2010."

http://juralibertaire.over-blog.com/

Lire la suite

Ca continue : Marseille, Toulouse, Rennes, Paris, Charleville Mézières

30 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #Luttes

Source : AC Forum

 

 

93510030.jpg

Marseille : Pour un mort, il est plutôt en forme le mouvement....

Vendredi 29 Octobre
Ø   Ils étaient 300 à 5 h 00 ce matin : les salariés du commerce et les unions locales d’Aix, Gardanne et Vitrolles, ont bloqué pendant 5 heures la plateforme logistique des magasins Casino du département, sur la Zone Industrielle des Milles.
Cette initiative avait pour cible le patronat de la grande distribution avec un message clair des salariés.

On veut une autre répartition des richesses pour les retraites, les salaires et pour les emplois.

Ø   La Poste : blocage du centre de distribution des colis dans la zone Euroméditérranée afin d’exiger l’ouverture de négociations sur les conflits en cours à Marseille 01 et Marseille 02. L’initiative s’est terminée par une manifestation à l’intérieur du bâtiment des Docks de la Joliette.

Ø   Blocage de la zone Clé Sud : les salariés en lutte, avec les UL de Port de Bouc, Miramas, Salon, Istres, Berre, Martigues et Fos, ont bloqué la zone ce matin dans le cadre de la mobilisation des retraites.

Ø   Audiovisuel – Spectacle : occupation hier soir des locaux de Marseille Provence 2010, à la Maison Diamantée, afin d’alerter sur les conséquences de cette réforme des retraites sur leurs métiers.

Rappel, pour celles et ceux qui ne peuvent entrer en grève reconductible, et en attendant le 6 Novembre, vous pouvez soutenir financièrement les copains qui se sont vachement investis et vont se faire saigner avec les retenus sur salaire. La solidarité est une arme.

Vous pouvez envoyer vos dons à :
UD CGT 13 - SOLIDARITE 23 BD CHARLES NEDELEC 13003 MARSEILLE

On ne lâche rien !
6 novembre – Manifestation - 14 h 30 – Place Castellane


----------------------------------------------------------


Toulouse :

*Nous sommes liés à ce mouvement *

La journée d’hier a encore rassemblé plus de 100000 personnes à Toulouse ! N’en déplaise aux médias qui ont visiblement reçu l’ordre d’enterrer au plus vite le mouvement (symptomatique : nous avons à Toulouse le même traitement qu’à Marseille, puisque le nombre de manifestants d’hier est annoncé à 15 000 !), et ce après de multiples tentatives de discrédit : les casseurs, les pénuries, les bloqueurs, la bataille des chiffres, le coût de la grève, …
Il y a eu toute la semaine des blocages économiques dont trois hier, simultanés à Toulouse ; 1000 personnes la veille au blocage de la plateforme de distribution Eurocentre à 3H00 du matin !
Ce mouvement est une occasion historique d'organiser une résistance collective à ce gouvernement anti-social, raciste, autiste et arrogant qui semaine après semaine nous révolte toujours plus et nous laisse bien souvent impuissants. Aujourd’hui il est possible de dire et de faire.
Ce mouvement s’articule autour de trois ‘’temps’’ : les manifs, les AG, les actions. Et ces trois temps ont leur importance, leur efficacité dans le combat, ils constituent la lutte, une lutte ne se consomme pas.

*L’AG intermittent, précaire  appelle :*

-* à rejoindre les actions de blocage de l’interprofessionnelle tout au long de la semaine prochaine. *
* ** Un 1er Rendez-vous est donné : *
*   lundi 1er nov à 16H45 au M.I.N.(marché d'intérêt national) av des Etats-Unis à Toulouse (action interpro et intersyndicale). *
  Ce rassemblement sera aussi l’occasion de faire un point info sur les actions à venir, de faire une banderole, ect.....).

-*  les autres composantes du secteur culturel.... :*
 Tout comme la nécessité d’agir , il est important aujourd’hui de se positionner. C’est pourquoi l’AG fait un appel aux structures  (COUAC, SYNAVI,…), aux collectifs, compagnies, artistes, techniciens à rejoindre le mouvement social et à le populariser en appelant à participer aux actions (blocages économiques,..) et manifestations interprofessionnelles.
 Nous proposons aussi que chaque spectacle se conclue par des prises de parole en signalant l'existence des caisses de solidarité avec les grévistes

*- à continuer à soutenir les grévistes :*
- Il existe une caisse de soutien aux grévistes mise en place par l’AG, les chèques au nom de FEDERCIES (compte de la Coordination) peuvent être adressés à "Fédercies" La Ferme en Puntis - 31570 - AURIN (la collecte continue)
 Suite à notre appel, 23 chèques ont été collecté principalement hier pendant la manif, soit 2110 euros.(un grand merci aux donateurs solidaires).

- *Liste et site :*
 Pour recevoir ou envoyer des infos  (liste d’info intermittents précaires Midi-Pyrénées ) : s'inscrire en allant à:
_http://lists.cip-mp.org/mailman/listinfo/annexistants_

 Besoin d'aide : le site de la Coordination intermittents et Précaires  cip-mp.org est en arrêt depuis fin 2009.
 Il faudrait une personne pour aider Jean-Luc G. à le remettre en marche

l’AG Intermittents, précaires du jeudi 28 octobre


Rennes : Liaisons et barricades
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5317

Ouverture d’une maison de la grève à Rennes

http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5319


Paris : BONNE NOUVELLE à BABYLONE : Le métro s’arrête, pas de retour à la normale
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5320

Charleviille Mézières
<http://juralibertaire.over-blog.com/article-et-une-vitrine-ump-par-terre-a-charleville-une-28-octobre-59925338.html"
_______

Lire la suite

Communiqué du Merdef le 24 octobre 2010

25 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #Luttes

(voir leur site : medef.com)

 

"Communiqué de presse

Le Medef a établi un point de la situation avec ses fédérations professionnelles et réseaux territoriaux et constate la gravité de l’impact sur l’économie du pays des perturbations actuelles :

- Arrêt ou quasi arrêt des livraisons des marchandises (matières premières ou produits finis)  transitant par le fret ferroviaire,

- Retards considérables des livraisons transitant par le fret routier.

Ces deux phénomènes entrainent des dysfonctionnements graves dans la plupart des entreprises industrielles, de la construction et des travaux publics.

- Suppression d’un nombre considérable de réunions commerciales ou de visites clients entrainant des pertes de contrats.

- Annulation de nuitées dans les secteurs du tourisme et des congrès.

Le Medef estime que la défense des TPE et PME est une priorité nationale. Des moratoires URSAFF doivent être envisagées pour les entreprises déjà fragilisées par la crise. Par ailleurs, le Medef appelle à une solidarité entre entreprises et souhaite que les grands donneurs d’ordre tiennent compte des circonstances exceptionnelles dans l’application des clauses de pénalités de leurs contrats avec les TPE-PME-ETI lorsque des retards résulteraient de cette situation."

Lire la suite

Sarkozy, Medef : ce sont eux qui ont peur désormais.

24 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #Luttes

Lire ci-après la déclaration du Front Syndical de Classe

 

"Sarkozy, Medef : ce sont eux qui ont peur désormais
Ce n’est pas le vote par le Parlement dont le parti majoritaire ne représente aujourd’hui pas plus de 10 % des électeurs (sans  compter les millions de travailleurs qui n’ont pas le droit de vote) qui va changer la donne. La véritable légitimité se trouve-t-elle du côté d’un gouvernement ultra-minoritaire qui n’a reçu aucun mandat pour casser les acquis sociaux ou du côté du peuple qui se bat avec détermination et dignité ?
Le combat magnifique des ports, des raffineurs, des cheminots, des éboueurs, des territoriaux et autres catégories en lutte reconductible, le pays en action permanente avec des formes unitaires en bas ont construit un mouvement qui est d’ores et déjà sans équivalent dans l’histoire des luttes en France.
En face, l’unité se fissure et l’idée de dirigeants syndicaux responsables tenant bien leurs troupes a fait long feu[...]"

lire la suite ici PDF

 

Lire la suite

démocratie, ça bascule...

24 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur

Bellecourt : prison à ciel ouvert - lire les témoignages : ici

 

[...]cette histoire de manifestants encerclés et faits comme des rats me rappelle une autre histoire, celle du massacre de la Place des Trois Cultures en 1968 à Mexico qui avait débutée exactement de la même manière : cet encerclement concerté par la police armée jusqu’aux dents qui avait pris dans sa nasse des manifestants pacifiques essentiellement jeunes et étudiants s’était soldé au final par plusieurs centaines de morts, certains disent même qu’ils dépassaient le millier (le nombre exact n’a jamais été historiquement établi car ce massacre a d’abord été nié, escamoté, la place ayant été rigoureusement nettoyée jusqu’à effacement de la dernière trace de sang). Le Mexique avait alors à sa tête un régime certes autoritaire, bancal, inégalitaire et semi-corrompu mais c’était une démocratie, et les mexicains disposaient d’une authentique liberté d’expression et de contestation [...]

Lire la suite

Lyon, Place Bellecourt : une prison à ciel ouvert !

22 Octobre 2010 , Rédigé par Le Peinard Publié dans #"matin brun"

Hier, Place Bellecourt à Lyon, ville du sénateur-maire socialiste Gérard Collomb, près de 300 personnes ont été retenues plusieurs heures en marge d'une manifestation. Le pouvoir a mobilisé les CRS, le GIPN, un hélicoptère et deux pompes à eau....on sait que les polices européennes s'entraînent beaucoup à la guerilla urbaine en prévision de la généralisation des politiques anti-sociales dans toute l'Europe. Le peuple c'est l'ennemi et la haine de la démocratie a de beaux jours devant elle. Hier, selon la méthode de la grenouille dont on chauffe l'eau petit à petit, le pouvoir a encore testé le degré d'indifférence des citoyens favorables à 70% et par délégation au mouvement qui défend leurs retraites mais silencieux face aux lois sur l'immigration, la chasse aux Roms et la répression des "casseurs" issus des couches les plus méprisées et les plus exclues de la population.

Pour ceux qui pensent encore qu'un retour du PS pourrait changer quelque chose en 2012, écoutez donc le fameux Collomb sur les événéments d'hier : ici

 

 

Article piqué sur le site de Rebellyon : ici

"Lyon capitale de la désinformation et de la répression ? Lyonnais, Lyonnaises, réveillez-vous !

Publié le 22 octobre

    
7 compléments d'info

La jour­née de jeudi. Lyonnais, que faites-vous ? Vous tolé­rez le GIPN dans la rue, les fusils à pompe contre vos gosses, les com­plain­tes de 3 com­mer­çants aux vitri­nes bri­sées rem­pla­cées deux heures après jus­ti­fient l’inter­dic­tion de manifs syn­di­ca­les et le main­tien en déten­tion à ciel ouvert pen­dant 6 heures de 300 per­son­nes prises au hasard, gazées, fla­sh­bal­lées, matra­quées, fouillées, fichées ! Quel état d’excep­tion permet ça ? La pro­pa­gande des médias télé­vi­sés ne tient pas la route dès que vous éteignez les télés : des­cen­dez dans les rues, vous n’y ren­contre­rez que des jeunes de Lycée Pro en colère mais très ouverts à la dis­cus­sion, qui ne veu­lent pas bosser pen­dant 50 ans pour des tafs de merde entre les pério­des de chô­mage, des syn­di­ca­lis­tes payés à coups de lance-pierre que le gou­ver­ne­ment méprise, des gens révol­tés comme vous depuis des années par la poli­ti­que de Sarkozy ! Dans les rues aujourd’hui contre la jeu­nesse lyon­naise c’était la guerre, pour 3 pier­res, 2 vitri­nes et 4 abri­bus. Où est la capi­tale de la résis­tance ?

La presse use de vieux cli­chés jaunis sur les cas­seurs, nous, on sait ce qu’on est, on est des mil­liers, on est syn­di­ca­lis­tes, au chô­mage, à la fac, lycéens et lycéen­nes, du centre-ville comme de la ban­lieue… Et on sait ce qu’on veut, on est déter­mi­nés, nous, on veut vivre !

Les rendez-vous aujourd’hui
- à partir de 7 h, rendez-vous sur les dif­fé­rents piquets des sala­riés en grève (Sncf, raf­fi­ne­ries, etc.), nom­breu­ses actions de blo­quage pré­vues (Banque de France, gare de la Part-Dieu…). Bref, rendez-vous sur les blo­qua­ges !
- 12 h : Barbecue reven­di­ca­tif devant la raf­fi­ne­rie de Feyzin.
- rdv à 13 h prison Bellecour ?"

Lire la suite

Raffineries : Service du Travail Obligatoire !

22 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #Luttes

 

Chair à produire, chair à procréer, chair à canon et dans les périodes fastes chair à consommer, voici la réalité dans toute sa crudité du statut de salarié et de la liberté des "citoyens"  dans la société des patrons. Comme en temps de guerre, c'est marche ou crève !

 

"A Grandpuits, la colère est grande après l'intervention des CRS. «Les CRS sont venus nous charger afin de faire rentrer des non-grévistes réquisitionnés pour les forcer à travailler», a souligné Franck Manchon, responsable CGT. «Nous venons d’assister au débat de la mort d’un droit constitutionnel: le droit de grève», a dénoncé le syndicaliste." 

Lire la suite

GRÉVISTE, DÉCOMPLEXE-TOI ! CQFD !

18 Octobre 2010 , Rédigé par modérateur Publié dans #anti-langue-de-bois

 

 

 

index.jpeg

http://www.cequilfautdetruire.org/

 

 

GRÉVISTE, DÉCOMPLEXE-TOI!

(edito du n° 82 de CQFD mis en ligne avec leur autorisation)


A nous la fin des complexes ? Mettre la tête à l'envers à tous ces décomplexés et à leurs collègues en costards et uniformes, avec leur mépris et leur insolence de vainqueurs ! Se remettre à l'endroit, humainement à poil, face à leurs attirails de guerre. Revisiter leurs mots, aussi. A propos du courageux « il est indécent que l'on s'apitoie sur le sort [de trois Afghans expulsés] quand au même moment nos soldats se battent pour leur liberté », de Lionnel Luca (député UMP tendance droite dure), dire : « il est indécent que l'on s'apitoie sur le sort des marchés financiers alors que le fruit du travail ne fait que les enrichir . »

Remplacer l'altruiste « Il est temps de réagir avant de se faire bouffer […] par 10 millions [d'étrangers] que l'on paye à rien foutre » d'André Valentin (UMP, même courant) par : « Il est temps de réagir avant de se faire bouffer par ces actionnaires qui se gavent à rien foutre. »

Décliner le volontariste « Je serai servile avec les puissants » de Nicolas Sarkozy en un : « Nous serons durs avec les puissants. »

Détourner le vigilant « Quand il y en a un, ça va, c'est quand il y en a beaucoup que ça cause des problèmes » de Hoberfeuer en un : « Quand il n'y a qu'un raciste décomplexé, il nous fait pitié. C'est quand il y en a plusieurs... »

Et occuper, bloquer, bavarder et les voir, petits et grands prédateurs, se faire dans leurs brailles sous un tonitruant « Cassez-vous tous, pov'cons! »

 

 

CQFD ne donne jamais  dans le politiquement correct. C'est toujours intelligent, lucide,  corrosif et à rebrousse-poils. Chaque mois, c'est l'anti-déprime, le remonte-militant, pour un prix cassé de 2.20 euros. Merci à l'équipe de rédaction de CQFD ! On les embrasse.

cqfd_une82.png

Lire la suite
1 2 3 > >>