Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Backlash contre les salaires (salariés, chômeurs même combat)

18 Décembre 2011 , Rédigé par modérateur 1 Publié dans #multitudes versus ideologie

Bonjour,


Le communiqué de presse qui suit annonce la relaxe du chef d'"outrage à Pôle emploi" de l'un de nous, prononcée en correctionnelle ce 13 décembre.

Vous le trouverez également, avec des références utiles et pièces jointes (qui ne peuvent passer sur cette liste), là : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5925

 

Les bonnes nouvelles sont rares ? On peut aussi les faire circuler.


C'est l'histoire d'un Pôle emploi outragé et qui mord la poussière.


C'est l'histoire d'un plein emploi qui ne reviendra pas et de l'action de son fantôme sur les vies aujourd'hui.


C'est l'histoire d'étranges institutions pour lesquelles ce plein emploi qui n'existe pas vaut à la fois boussole et centre de gravité ; l'histoire d'un Pôle emploi qui désigne les chômeurs comme des "candidats", candidats à quoi ? à l'emploi bien sûr. Et tout ce qui excède ce rôle assigné sera susceptible de sanction, de mépris, d'éviction, de correction, de procès.


C'est l'histoire de la participation obligée à un jeu délétère dont personne ne connait les règles et celle d'un Pôle emploi qui, pour mener ce jeu, inculquer les comportement concurrentiels que chacun devrait reproduire pour décrocher la timballe tant espérée, endosse les rôles nécessaires au déploiement d'un théâtre si quotidien que les tragédies qui s'y jouent passent d'ordinaire inaperçues ; l'histoire d'un juge des comportements des chômeurs qui est aussi l'un des bourreaux de leurs déviances, d'un arbitre des "droits" de ses sujets qui organise dans le même temps l'existence de ses candidats, de l'un des animateurs d'une disponibilité à l'exploitation que l'on voudrait sans bornes et incarnée en chacun (voir d'André Gorz "La personne devient une entreprise"  : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4199) ; l'histoire d'un Pôle emploi, agent instructeur d'un procès sans fin, toujours recommencé, sauf à disparaître, radié, "découragé" - comme ils le disent de ceux! qui ne s'inscrivent ou ne pointent plus faute d'y trouver un quelconque intérêt (plus de la moitié des chômeurs, intermittents compris, sont non indemnisés) - ou employé, c'est-à-dire contrôlé par d'autres instances de la société-entreprise.


C'est l'histoire de ce théâtre où Pôle met en scène des "candidats" et qui, par bien des aspects, emprunte sa grammaire aux sinistres divertissements télévisuels qui font actuellement époque, un pauvre théâtre de la cruauté où s'opposent pour un ou des quarts d'heure de célébrité et en vue de l'obtention d'un gain, des anonymes, sélectionnés et destinés à s'éliminer les uns les autres. Pour qui vient du public appelé à jouer ce jeu, pas question de changer les règles, et, en Pôle, pas même question de prétendre les connaître, voire de les mentionner. Ainsi un chômeur breton qui affirme ne venir à une convocation de Pôle emploi que parce que celle-ci est obligatoire sous peine de radiation pourra être menacé de poursuites judiciaires pour "propos désobligeants" (voir : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5880). Ne sommes-nous pas la preuve que le plein emploi n'existe pas tandis que cette valeur se doit d'être aussi universelle qu'elle est abstraite ? Nous sommes accusés et nous sommes coupables car nous sommes une injure, intermittente ou prolongée, à cette vache sacrée dont notre steack devrait pourtant dépendre plus étroitement, l'emploi. Une allocation chômage ? Une retraite ? Un congé maladie ? Autant d'abus. On pourchassera la "fraude sociale" car le social est une fraude et l'économie, La loi.

 

C'est l'histoire de précaires qui prétendent faire respecter par Pôle emploi ses propres règles en matière d'indemnisation (voir les témoignages produits lors du procès du 22 novembre : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5903) et qui se trouvent accusés et l'un d'eux en procès pour "outrage à la société française Pôle emploi" car, selon la plainte d'une de ses directrice, ce RSAste "vient régulièrement à notre agence pour se plaindre de la qualité de notre travail" et aurait qualifié les agents d’"incompétents, fainéants, bons à rien" (voir : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5901).

 

C'est l'histoire d'un épisode judiciaire qui a à nouveau démontré l'incompétence du Pôle, mais cette fois en matière pénale, ce dont on ne saurait que se réjouir. En effet, l'outrage à personne morale n'existe pas en droit pénal (voir les compte rendus de l'audience du 22 novembre 20011 par la presse : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5905) et il a fallu finalement que ce 13 décembre 2011 une chambre correctionnelle prononce la relaxe. Mais avant cela, puisque l'emploi est sacré et que l'institution qui en est chargée l'est également par extension, la justice aura été saisie du sacrilège que constitue sa mise en cause. C'est ainsi que le parquet a voulu imposer sur la base de l'accusation de Pôle emploi un "rappel à la loi" à l'impétrant. Il s'agissait lors d'une convocation au commissariat de lui faire admettre avoir commis un délit d'outrage puis d'inscrire cela à son casier judiciaire et aussi de lui faire rédiger une "lettre d'excuses", sans autre forme de procès. Refuser cette offre fort peu raisonnable a été qualifié d'"attitude hautaine vis-à-vis des institutions" par un policier de service. Dans la foulée, le parquet a décidé d'un procès. La solidarité des institutions entre elles a prévalu, et patatras... le parquet en a oublié son latin, c'est à dire son code pénal. Et voilà un procureur contraint de suivre à l'audience les arguments de la défense pour admettre que la qualification d'outrage à Pôle emploi était "fragile", sans plus pouvoir requérir quelque peine que ce soit. Excès du pouvoir : Pôle emploi est en charge de gouverner les conduites des chômeurs et des salariés, et la mission est si importante pour l'ordre social que police et parquet sont eux aussi conduits, jusqu'à leur seuil d'incompétence, jusqu'à ce que, par cette relaxe du 13 décembre, Pôle emploi, le parquet et la police soient rappelés à la loi.

 

C'est l'histoire d'une décision de relaxe du chef d'outrage à Pôle emploi par la 10e chambre correctionnelle. Et si la police et le parquet se sont eux aussi montrés "incompétents", la justice n'est, elle, pas tout à fait "bonne à rien" puisque cette relaxe, de par son motif, n'a pas permis d'aller au fond de la question qui fut posée lors de cette audience comme elle l'est dans les Pôle et ailleurs : est-il possible de critiquer le travail de l'administration sans encourir des poursuites pénales ? Est-il loisible pour qui dépend matériellement d'une institution de mettre en cause ses décisions, ses procédures, son dédain pour les administrés, le traitement qui lui est infligé ? Risque-t-on davantage qu'une radiation, un prélèvement d"indu", un emploi contraint, un stage obligatoire et non payé, une minoration de ses droits lorsque l'on a affaire à Pôle emploi et peut-on, si on en conteste les actes, être poursuivi au pénal ?

 

C'est l'histoire à venir, et qui sera celle de n'importe lequel de ces salarié confrontés au chômage comme nous le sommes tous désormais, de poursuites judiciaires qui seront sans doute mieux bricolées. Il sera alors utile de disposer des éléments de jurisprudence qui n'ont pas été cette fois étudié par le tribunal quant à cette possibilité de critiquer le travail des administrations. Voilà pourquoi nous joignons à ce texte le jugement de la Cour d'Appel de PARIS (26 janvier 1996, 020247), étayée sur l'Arrêt de la Cour de Cassation du 10 août 1899, chambre criminelle : "il faut distinguer la critique de l'action politique et administrative et, d'autre part, l'attaque personnelle contre le représentant de la puissance publique. Dans le 1er cas, les tribunaux devront appliquer la loi du 29 juillet 1881 [sur la liberté de la presse] et, dans l'autre, l'outrage réprimé par le Code Pénal." L'histoire continue...

 

Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement : • Permanence d’accueil et d’information sur le régime d’assurance-chômage des intermittents du spectacle, envoyez questions détaillées, remarques, analyses à cap@cip-idf.org

 

Permanence précarité, adressez témoignages, analyses, questions à permanenceprecarite@cip-idf.org Les lundi de 15h à 17h30, à la CIP, 13 bd de Strasbourg, M° Strasbourg Saint-Denis, Tel 01 40 34 59 74

 

Pour soutenir la coordination, chèque à l’ordre de AIP à CIP-IdF : 13bd de Strasbourg, 75010 Paris. Une attestation peut vous être fournie sur demande. Coordination des intermittents et précaires 13 bd de Strasbourg, 75010 Paris M° Strasbourg Saint-Denis Tel : 01 40 34 59 74 http://www.cip-idf.org/

Lire la suite

Temps de travail La semaine de quatre jours, solution à la crise ?

4 Décembre 2011 , Rédigé par Emile Publié dans #BUZZ

 

http://www.bastamag.net/article1855.html

 

Surprenant !  une revendication totalement abandonnée par les partis et les centrales, défendue  par un ex.PS reconverti chez les écolos,  ça vaut le coup de s'y arrêter et de mettre de côté l'esprit de chapelle.

 

extrait d'un entretien entre Pierre Larrouturou et Bastamag. "(...)On ne peut pas sortir de la crise financière si on oublie qu’elle est avant tout une crise sociale. L’enjeu premier, c’est de donner à chacun un vrai boulot. Nous vivons dans une société de consommation où chacun a besoin de consommer. Pour sortir de la crise, il faut créer de l’emploi et revenir sur la baisse scandaleuse de la répartition capital/travail que la France connaît depuis trente ans. Et tant que le chômage sera fort, les salariés seront en position de faiblesse dans le rapport de force avec les employeurs."

Lire la suite

La Cgt, 1ère dans la Fonction Publique - 1ère au Conseil Général du Nord

4 Décembre 2011 , Rédigé par Emile Publié dans #cgt59

Représentativité dans la fonction publique

La Cgt renforce sa 1ère place en progressant de 2 %

mardi 29 novembre 2011

À l’issue de l’ensemble du processus électoral qui vient d’avoir lieu dans la fonction publique, la carte syndicale dans les trois versants de la fonction publique est aujourd’hui clairement établie.

La progression globale de la CGT dans la fonction publique de l’Etat avec 15,82 % des voix, soit +0,6 %, et dans la fonction publique hospitalière avec 33,38 %, soit +1,9 % viennent conforter les résultats de la CGT dans la fonction publique territoriale en 2008, qui avaient également marqué un progrès de la CGT (32,89 % soit +1,8 %)

La CGT recueille plus de 650 000 voix, soit 25,43 % des voix exprimées auprès des 5 millions d’agents publics concernés.

Deux constats s’imposent :

- La CGT est la première organisation syndicale dans la fonction publique et cela avec une avance importante sur les autres organisations syndicales.
- La CGT connaît une progression globale de 1,94 %

Le ministre de la Fonction publique entendait faire de ce scrutin la démonstration de l’adhésion des agents publics à sa politique. En faisant progresser les listes CGT dans la quasi-totalité des ministères, en la plaçant largement en tête sur l’ensemble de la fonction publique, démonstration est faite que ce n’est pas le cas.

La CGT voit dans ces résultats un encouragement à poursuivre sa démarche de rassemblement, un encouragement à mettre en œuvre un syndicalisme de proximité qui propose et qui agit avec détermination pour répondre aux exigences sociales agents publics.

Les agents non-titulaires de la fonction publique étaient amenés à voter à l’occasion de ces élections.

Les résultats de la CGT témoignent d’une large approbation de son action pour s’attaquer à la précarité de leur situation.

Les résultats de la CGT dans la fonction publique valident la démarche de la CGT qui a fait de la démocratie sociale, de l’expression des salariés et de leur intervention un axe central de sa pratique.

C’est aussi un point d’appui pour la reconquête du service public et sa nécessaire modernisation, pour répondre aux besoins du pays et de sa population.

La CGT tient à exprimer son mécontentement quant aux conditions d’organisation qui ont empêché une participation satisfaisante des salariés. La baisse de participation dans plusieurs ministères résulte bien de l’incurie des pouvoirs publics à organiser cette consultation. Cette situation ne doit plus se reproduire à l’avenir.

Fort de ce résultat, la CGT appelle l’ensemble des agents publics à s’inscrire dans la campagne de reconquête des services publics qu’elle a engagée, à rejoindre la CGT et à s’inscrire en nombre dans les rassemblements du 13 décembre prochain contre les plans d’austérité et pour des solutions alternatives.

Montreuil, le 29 novembre 2011

Lire la suite

Grève le 13 décembre 2011 contre l'austérité capitaliste

3 Décembre 2011 , Rédigé par TriNiTy Publié dans #Luttes

La CGT appelle les salariés, les retraités, les privés d’emploi  :

-  à refuser  la violence économique inhérente au capitalisme ;

-  à dénoncer l'offensive générale contre les salaires ;

-  à rejeter la dette créée par le système ;

-  à dénoncer le vol en  bande organisée (gouvernants, partis pro-capitalistes, banquiers, actionnaires, patrons) 

et à participer massivement à la journée de mobilisation interprofessionnelle...

Le 13 décembre, la CGT appelle - pour s'échauffer -  à une

manifestation départementale interprofessionnelle

rassemblement 14 h 30 face à la CPAM rue d’Iéna à LILLE

La CGT appelle les salariés à la grève pour gagner la participation massive le matin aux initiatives locales (mais pas une participation massive pour l'organisation CGT), une participation massive pour exprimer notre souveraineté trop longtemps déléguée, étouffée, une participation massive pour faire trembler le bourgeois et le patron.
La CGT appelle à la grève et rejoindre l’après-midi la manifestation départementale à Lille.

Pour le patron PS qui pense que nos manifs peuvent lui apporter quelques voix aux élections - on n'oublie pas qu'il a bien précisé qu'il ne paierait plus jamais une journée de grève (même victorieuse, même d'intérêt général). Ok ! acté.

Lire la suite

Fédération des Services Publics CGT : préavis de grève 13/12/2011

2 Décembre 2011 , Rédigé par TriNiTy Publié dans #Luttes

Téléchargez le tract de la Fédération
Préavis de grève national pour le 13 décembre 2011

 

Monsieur le Ministre,

Les organisations syndicales CGT, CFDT, FSU, UNSA, SOLIDAIRES ont décidé de faire du 13 décembre une nouvelle journée nationale de mobilisation interprofessionnelle unitaire.

Elles condamnent les plans d’austérité successifs qui mettent à mal l’économie, les services publics, et entraînent des conséquences ravageuses pour l’ensemble des salariés.

S’agissant des agents publics, nous dénonçons :
- la réforme territoriale
- les suppressions de postes massives dans la Fonction publique
- le gel du point d’indice depuis deux ans
- la baisse globale des rémunérations
- la dégradation des conditions de travail
- la réforme injuste des retraites
- la hausse des cotisations retraite
- la taxe sur les complémentaires
- l’instauration d’un jour de carence dans la Fonction publique

Autant de décisions qui contribuent à une dégradation importante de la situation de tous les agents et de la qualité du service public rendu.

La CGT condamne ces décisions imposées au mépris du dialogue social le plus élémentaire.

Cette politique fait payer la crise aux salariés. Elle cherche à les diviser et à les culpabiliser et accroît de manière forte les inégalités et les graves difficultés auxquelles sont confrontés un nombre sans cesse croissant de citoyens.

D’autres choix sont possibles et nécessaires pour réorienter les politiques en cours dans le sens du progrès social.

La CGT formule pour cela dix exigences :

  1. Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux.
  2. Contrôler les aides publiques aux entreprises.
  3. Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements.
  4. Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires.
  5. Stopper les suppressions d’emplois.
  6. Développer les politiques publiques et les moyens des services publics.
  7. Réformer la fiscalité en profondeur.
  8. Créer un pôle financier public et établir un mécanisme de crédits à taux réduits.
  9. Taxer les mouvements spéculatifs de capitaux et éradiquer les paradis fiscaux.
  10. Mettre en place un fonds européen de solidarité social et de développement économique.

En conséquence, dans le cadre de la journée unitaire interprofessionnelle, la Fédération CGT des Services Publics dépose un préavis de grève de 0 à 24 heures pour la journée du 13 décembre 2011 pour l’ensemble de son champ d’intervention afin que les personnels et salariés puissent prendre part aux initiatives décidées dans les territoires.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos respectueuses salutations.

Pour la Fédération CGT des Services Publics,
Baptiste TALBOT,
Secrétaire général


Préavis de grève adressé le 2 décembre 2011 à :
MINISTERE de la FONCTION PUBLIQUE
Monsieur François SAUVADET
Ministre de la Fonction Publique
127, rue de Grenelle
75007 PARIS 07 SP

Lire la suite