Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

La crèche carmagnole

27 Novembre 2012 , Rédigé par Le Peinard Publié dans #cgt59

Pour remercier la Vice-Présidente aux Ressources Humaines qui a interdit de parole les experts CGT en CHS sur le dossier relatif aux incidents intervenus le 25 octobre aux Archives Départementales entre l'administration et les manifestants et parce qu'on en a marre de cette censure répétée de nos experts dans les instances paritaires, voici une petite chanson à fredonner sur l'air de la Carmagnole qui donne le ton de notre humeur. Un climat social restauré ? et Notre Dame des Landes alors, ça compte pour rien ? Nous sommes des "kystes" et comme tels, nous avons tendance à nous enflammer.

Don Ottavio avait promis (bis)
De fermer la crèch' des petits (bis)
Mais le coup a manqué
La Cour a paniqué
La crèche est socialiste
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

Monsieur Deuxio avait promis (bis)
De nous rouler sans compromis (bis)
Mais il a tout raté
Son plan est éventé
La crèche est socialiste
Elle est à nous

Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

Les élus n'y avaient rien vu (bis)
Toujours dans le rôl' des convaincus (bis)
Ils ont dû s'réveiller
La base n'est pas niquée
La crèche est socialiste
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

La Cour du Palais a pris peur (bis)
Comprenant qu'ell' f'rait pas son beurre (bis)
Craignant qu'ce soit son tour
Elle a calmé le troubadour
La crèche est socialiste
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

Madame baston avait promis (bis)
D'nous garder bien gentils (bis)
Même si elle a cogné
Elle a dû reculer
La crèche est socialiste
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

L'opérateur a fait d'mi-tour (bis)
Quand il a vu qu'il f'rait un four (bis)
L'marché lui a fait peur
S'transformait en vapeur
La crèche est socialiste
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

La mèr'Michel a bien pleuré (bis)
Quand sur ell' l'affaire est r'tombée (bis)
Elle pensait « nom de Dieu !
Qu'on leur laisse ce lieu »
La crèche est socialiste 
Elle est à nous
Elle est à nous
La crèche est socialiste
Elle est à nous
On est beaucoup !

 

 

 

 

Lire la suite

Comme le port-salut

10 Novembre 2012 , Rédigé par Herrison Publié dans #photos pour les RG

cestmarqu.jpg

C'est Marqué dessus....

 

Photo non retouchée ni trafiquée tirée de la page Facebook du Président Kanner

Lire la suite

Gouvernement Ayrault : la trahison assumée ! Le troisième tour, c'est maintenant.

9 Novembre 2012 , Rédigé par Miette Publié dans #Tout est à nous !

Pour un nouveau contrat social en France et en Europe
grève européenne le 14 novembre

 

 C'est dans un contexte européen marqué par la crise du système capitaliste et  rythmé par les luttes sociales que  le Premier Ministre  a annoncé dans le cadre du pacte de compétitivité des mesures essentiellement favorables au patronat. 

 

En choisissant de transférer le coût des cotisations sociales des entreprises vers les ménages, le Gouvernement socialiste a trahi.


Alors que trois rapports publics ont souligné le manque d’évaluation de l’efficacité des aides publiques dont bénéficient déjà les entreprises :
- Le rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi de février 2006,
- Le rapport du CESE sur la compétitivité de l’économie française d’octobre 2011,
- Le rapport de la Cour des comptes sur le financement de l’économie de juillet 2012,

le gouvernement a préféré s’en remettre au rapport d’un grand patron. Le dispositif Ayrault est fondé sur la logique contestable et contestée de la baisse du coût du travail. La « première mesure massive, et sans précédent » consiste en un « allégement de 20 milliards d’euros du coût du travail ». Ce nouveau cadeau s’ajouterait aux 172 milliards d’aides dont bénéficient déjà les entreprises. Contrairement à ce que demande la CGT, leur efficacité en terme d’emplois et d’investissement productif n’a toujours pas été examinée sérieusement.

La CGT conteste fortement les volets essentiels de ce dispositif :


- Les ménages seront doublement pénalisés : leur pouvoir d’achat diminuera à cause de la hausse de la TVA (à raison de 7 milliards d’euros) et de la fiscalité écologique (3 milliards d’euros).


- La baisse des dépenses publiques se traduira par la dégradation de la qualité des services publics et par de nouvelles pressions sur les agents de l’État, des collectivités et de la Sécurité sociale. Cette mesure risque donc de peser sur le potentiel de la croissance économique et sur l’emploi, sur le pouvoir d’achat et la réponse aux besoins sociaux.


- Toutes les entreprises dans tous les secteurs, indépendamment de leur taille et de leur situation financière bénéficieront des nouvelles aides, y compris celles qui engrangent des profits ou distribuent un haut niveau de dividendes à leurs actionnaires.

 

Nombre d’entreprises pourront ainsi cumuler les exonérations de cotisations sociales actuelles à ce nouveau crédit d’impôt. Les entreprises qui paient leurs salariés entre le Smic et 1,6 Smic gagneront de l’argent alors qu’elles ont déjà très largement bénéficiaires d’exonérations de cotisations sociales.

 

Contre ces décisions libérales,  pour l'abrogation du jour de carence, le dégel et l'augmentation du point d'indice, la titularisation des précaires, le développement de l'emploi public, l'abrogation de la loi de réforme des collectivités territoriales, la CGT 59 appelle les agents du Conseil Général du Nord* à participer à la journée de grève européenne  et aux actions régionales :

 

Rassemblement à 10 H 15 devant Lille Grand Palais

à l'occasion du  du World Forum

puis manifestation régionale

 

 

Lire le tract d'appel à la grève

Lire la suite

Taubira vole au secours de Valls : l'Intérieur et la Justice ont les yeux bandés et les mains liées.

4 Novembre 2012 , Rédigé par Neo Publié dans #anti-langue-de-bois

Ouf ! On s'est emportés pour rien, il faut dire qu'on avait eu très peur. On imaginait qu'Aurore Martin - qui ne vivait pas dans la clandestiné - était tombée dans un chausse-trappe, opération de contrôle routier bidonnée et livraison aux autorités espagnoles programmée. Il faut dire que tout se prêtait à cette interprétation : les déclarations de matamore de Valls concernant le pays basque, l'opération elle-même qui par le plus pur des hasards tombe sur Aurore, le transfert-leurre organisé dans la soirée pour tromper d'éventuels militants venus soutenir Aurore...ça en faisait des hasards sur fond d'opération bien organisée. Et puis voilà que Valls dément tout devant le tollé suscité par cette livraison d'une française innocente de tout crime ou délit à un pays qui pratique encore la maltraitance (Amnesty Internationale) sur ses prisonniers politiques. Il ne savait rien de rien et Taubira, l'habituelle défenseuse des droits de l'homme,  surenchérit : rien de rien ! Juré, craché, si on ment on va en enfer !

On en conclut donc qu'en France socialiste,  quand on arrête une militante sous MAE, dont l'histoire a déjà fait la une des medias, on avertit  bien évidemment le Préfet qui informe immédiatement le Ministre qui répond : je m'en lave les mains, je ne prends pas de décision.  Et des fonctionnaires zélés et obéissants appliquent  la procédure d'extradition ...Et Harlem Désir  rejoint par le chef des députés socialistes et celui des sénateurs socialistes, d'apporter son soutien et donc celui de son Parti  au pauvre Valls si honni de la gauche militante - celle qui fait vivre les valeurs qui portent le PS au pouvoir - qui déclare qu'il démentira  tout autre version des faits.

Ah bon, on a fait erreur, Valls est blanc - ça on le savait - et pur comme un agneau qui tète encore sa mère. Ok !

 

Libération, le 2 novembre :

"Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur espagnol, Valls et son homologue, Jorge Fernández Díaz, «se sont félicités de l’opération policière»."

 

Libération, le 3 novembre :
Face aux protestations des élus du pays basque, Manuel Valls a déclaré à Sud Ouest qu'il trouvait «étrange que des élus de la République, notamment des parlementaires qui votent les lois, demandent que l'’on n'’applique pas la loi», tout en affichant sa «confiance» en la justice espagnole.

 

Valls démission !


 


Lire la suite

Consternation : Aurore Martin extradée ! la droite l'a rêvé, Valls l'a fait.

2 Novembre 2012 , Rédigé par Neo Publié dans #D'où qui pue donc tant

 

Arrêtée dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen émis par un magistrat espagnol pour "faits de participation à une organisation territoriste et terrorisme", Aurore Martin, militante indépendantiste basque, âgée de 33 ans,  risque 12 ans de prison pour avoir participé à des réunions publiques du parti Batasua autorisé en France mais interdit en Espagne. Pour ceux qui n'ont pas suivi, vous lisez bien, elle est accusée d'avoir participé à des réunions publiques...

 

"Cette situation est ubuesque, incompréhensible en plein processus de paix", a déclaré Kotte Ecenarro (PS), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, évoquant le renoncement à la lutte armée par l'ETA depuis un an. "Ça tourne à la provocation de la part des gouvernements français et espagnol", a-t-il ajouté sur cette interpellation qui fait droit à une demande remontant au 13 octobre 2010 pour "faits de participation à une organisation terroriste, et terrorisme", en l'occurrence avoir participé en Espagne à des réunions publiques comme membre de Batasuna.

Le député européen et écologiste José Bové, s'est dit opposé "à l'application du mandat d'arrêt européen, danger pour le processus de paix". De son côté, le sénateur MoDem Jean-Jacques Lasserre s'est dit "choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats".

 

L'association humanitaire pour les réfugiés basques Anai Artea est allée jusqu'à qualifier d'"acte minable" et de "provocation" le fait de livrer Aurore Martin à Madrid de la part d'un "ministre de l'intérieur qui ne sait plus s'il roule pour Paris ou Madrid".

La députée PS des Pyrénées-Atlantiques Colette Capdevielle a pour sa part tenu à souligner que "le délit qui est reproché n'existe pas dans le droit pénal français", et que le mandat a été appliqué alors que "des choses importantes se sont passées", évoquant aussi "le processus de paix".

 "Nous exigeons la libération d'Aurore Martin", a enfin déclaré Xabi Larralde, porte-parole de Batasuna, y voyant "la main de Valls" et estimant qu'il s'agissait d'une mesure à la fois "irresponsable" et "inacceptable".

L'arrestation d'Aurore Martin constitue une première judiciaire. Car jamais un citoyen français sous le coup d'un MAE n'avait été livré aux autorités espagnoles pour des faits de participation à une organisation terroriste et terrorisme.

Cette arrestation livre toute son indignité quand on sait qu'Amnesty International dénonce régulièrement l'usage de la torture contre les prisonniers politiques dans une Espagne certes européannisée mais pas totalement défranquisée (la France a aussi ses nostalgiques d'un régime fort).

Non seulement Valls bessonne* et c'est pour cela qu'il a été choisi par le Gouvernement mais en plus, il s'essaie à hortefeuser et  à guéantiser*.

A chasser à droite toute, le Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls va perdre son électorat de gauche. Ce ne sera pas la première fois mais les élus locaux vont faire la gueule.


 

*bessonner = lâcher, trahir, en rajouter dans l'infâmie

* hortefeuser, guéantiser = mettre en oeuvre des politiques autoritaires et sécuritaires ; gratter là où ça pue. 

Lire la suite