Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

CANPDSAADF - Droit de réponse -

4 Mars 2008 , Rédigé par Anais Carton Publié dans #new-age management

[Nous publions ici un droit de réponse de la "psychologue"(du travail) - à  ne pas commenter SVP -- le modérateur]


Une réponse de la « psychologue-du-travail »
 
 
Je m’appelle Anaïs CARTON, je suis psychologue du travail au Conseil Général du Nord et j’anime depuis octobre 2007 les ateliers de gestion de stress que vous critiquez si vivement dans votre texte.
A l’origine de ces ateliers, il existe une demande, réelle, d’agents se questionnant, d’agents en difficulté, d’agents en souffrance… rencontrés au gré d’entretiens individuels. Rapidement se posera la question du temps et de l’espace pouvant être accordés à ces personnes : c’est pour cette raison que j’ai proposé ces ateliers. Comment ! Tous les agents de la DDRH ne seraient pas vendus à la solde de l’impératif capitaliste qu’il vous tient tant à cœur de dénoncer ? Vous me voyez fort aise de venir « bousculer » votre vision fantasmatique de la réalité… Bien sûr, l’origine, les causes de cette demande (exponentielle si l’on en juge par le nombre de personnes intéressées… et présentes !) posent question, cela étant, fallait-il plutôt ne rien faire, ne rien tenter ? Le bien est-il nécessairement l’ennemi du mieux ? C’est un point de vue, pas le mien… je travaille avec et pour des êtres humains !
 
Parlons un peu de ce que vous dénoncez d’ailleurs… Vous jugez sans connaître : avez-vous pris la peine d’assister à un atelier ? Je ne me rappelle pas avoir vu y assister quiconque se revendiquant de votre syndicat, curieux de voir ce qu’il s’y pratiquait ! J’en déduis donc que vous ne vous êtes probablement arrêté qu’aux propos d’un journal avec lequel vous semblez être fondamentalement en désaccord. Peut-être craigniez-vous que trop de calme fasse faiblir l’engagement dans une lutte associative, politique ou syndicale ? Permettez-moi d’en douter : vos trente années de pratique de yoga parlent d’elles-mêmes…
La confusion des genres est telle que je ne sais pas ce que vous remettez le plus en cause : les ateliers ? La politique RH ? La fonction de psychologue du travail (et non de « thérapeute conseillère DRH », car l’expression a beau être une monstruosité sémantique à vos yeux, si vous réétudiez la sémiologie du terme vous n’y trouverez aucun lien avec la thérapie) ? Je ne parviens pas à le dire… tout à la fois peut-être ! N’empêche : comment vous donnez le droit de juger mon travail ? Mes accointances politiques ? Les réflexions qui sont les miennes face aux difficultés que je rencontre quotidiennement dans mon travail ?
Votre article ressemble fort à un procès d’intention… c’est une pratique comme une autre, propre je le suppose à faire passer un message à tout prix… sauf au prix de l’instrumentalisation d’une personne. C’est à mon sens la limite que vous avez franchie.
Je ne pense pas être « lisse », ni consensuelle, ni complice, et je fuis le politiquement correct ! Mais sachez, Madame ou Monsieur (l’anonymat d’un pseudonyme semble parfois très confortable), que, pour ma part, je ne dénonce pas sans être (ou m’être) informée, sans connaître, sans comprendre.
Finalement, quelle pratique est la plus lénifiante ? Celle qui, à un niveau donné, propose de l’aide, consciente du contexte, consciente des limites, en manifestant un profond attachement à l’humain…ou celle qui remet en cause, tourne à la dérision toute initiative dès lors qu’elle est « portée » par une instance dont vous vous méfiez ?
 
Quoiqu’il en soit merci de cette publicité involontaire… les commentaires du blog, dans leur majorité, me laissent à penser que la démarche est plus constructive que vous ne voulez nous en persuader.
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

pas sérieux 05/03/2008 19:44

Je mets un commentaire puisque c'est déconseillé par le modérateur.Il ne sera pas dit que le dernier endroit de liberté de parole soit censuré par l'auteur lui-même !Je vous sauve de vous-même.Non, non, ne me remerciez pas !