Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Convergences ?

18 Juin 2008 , Rédigé par Haut Parleur Publié dans #Luttes

« Quand les syndicats ne se serrent plus la main,

le patronat se frotte les siennes ! »

 

On se plaint de la faible mobilisation des manif’ du 17 juin Mais n’est-il pas temps de s’interroger sur l’utilité de cette succession de mouvement salarial ?

On rêve d’un cri suffisamment fort pour ébranler le gouvernement, mais au lieu d’une chorale nous n’avons qu’une succession de soli., et chacun de faire son action, son baroude dans son coin avec plus ou moins de convergence intersyndicale… Le gouvernement multiplie les coups, disperse les attaques mais ne vise qu’un seul but : la mise à mort des acquis sociaux.

N’est-il pas temps que les salariés contre-attaquent dans la force de l’unité ? La résistance salariale doit se lever, unie contre l’ennemi de toujours, attaquer frontalement, ne porter peut être qu’un seul coup mais droit au cœur le plus fort possible.

Bernard Thibaut nous annonçait hier soir une date unitaire pour la rentrée, pourquoi ne pas l’avoir fait hier ? Mais peut-on rêver d’unité ? Les syndicats en sont-ils capables ? Et vous salariés ?

Jusque quand vous laisserez-vous bercer par le discours capitaliste du patronat et de sa solde (politiques et media) qui nous renvoie dos à dos dans un communautarisme malsain qui ne vise qu’à diviser pour mieux récolter ?

Public, privé, titulaire, stagiaire, CDD, CDI, précaires, chômeurs sans papiers, retraités… Sommes nous si différents ?

Certes nous avons tous nos particularités, nos propres acquis à défendre, mais même si nous avons chacun notre accent nous pouvons parler la même langue pour crier notre ras le bol !

Nous voyons tous nos assiettes se vider et leur ventre grossir.

Ne nous trompons pas de cible : les profiteurs ne sont pas ces quelques fraudeurs aux alloc’ que les chiens du pouvoir traquent sans relâche.

Si nous devons nous serrer la ceinture, ce n’est pas à cause de quelques trop-perçus d’APA ou de RMI, mais bien à cause de ceux pour qui les dividendes ne sont  jamais assez élevés.

« Les revenus encaissés en 2007 par les patrons des 40 plus grandes entreprises françaises ont augmenté… de 58 % »* et votre revenu de combien a-t-il augmenté ?

Pour eux, nous, salariés, sommes un mal nécessaire dont le seul remède est l’amputation. Il faudrait peut être leur conseiller de se souvenir avec Henri Ford que nous sommes avant tout leurs premiers clients !

Jusqu’à quand cela peut-il durer ? Jusqu’où ira cette résignation inspirée par les portes flingues du capitalisme moderne ? Jusqu’à quand travaillerons nous plus pour qu’ils gagnent plus ?

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article