Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Tirs tendu de flash ball contre banderoles et megaphone.

18 Juillet 2009 , Rédigé par Estragon Publié dans #"matin brun"

Arme « sublétale » (sic) selon la brochure de son fabricant Verney-Carron, le flash-ball a une surface d'impact de 35 centimètres carrés, la puissance d'un .38 spécial et « fait le même effet qu'un coup de poing de champion de boxe".


"Mercredi 8 juillet, Joachim Gatti, 34 ans, cinéaste, a perdu un oeil touché au visage par l¹un des nombreux
«flash balls» tiré par des
policiers contre un groupe de manifestants pacifiques qui protestaient contre l¹expulsion d¹un bâtiment occupé à Montreuil. Selon de nombreux témoignages, tous les tirs visaient au-dessus de la taille.

Nous ne saurions recenser l¹ensemble des blessures irréversibles dues à l¹utilisation de plus en plus fréquente de ces armes dans le « maintien de l¹ordre », tant lors de manifestations que dans le quotidien des
interventions des forces de police. Rappelons toutefois qu¹en moins d¹un an, au moins trois manifestants ont été grièvement atteints à l'oeil : ce fut le cas de Pierre, 17 ans, un lycéen Nantais lors d¹une manifestation à l¹automne dernier et Joan, 25 ans, un Toulousain qui participait à une autoréduction dans un supermarché ce printemps.

En 2002, lors de la dotation en flash ball de la police le gouvernement et les syndicats de policiers s¹étaient voulus rassurants (?) affirmant que ces armes étaient « non létales » et que leur usage resterait exceptionnel et rigoureusement encadré (suivant le principe de « proportionnalité de la riposte »)... Les faits démontrent qu¹il n¹en est rien.

Assurée de son impunité, la police utilise quotidiennement ces flash ball de façon offensive, ignorant délibérément ces fameux principes supposés régler leur utilisation et sans hésiter à s¹en servir de manière à occasionner le maximum de dégâts (tirs à bout portant, tirs délibérés à la tête, etc.).

Ce qui c¹est passé à Montreuil, Toulouse ou Nantes, s¹inscrit dans une logique d¹utilisation croissante et quotidienne d¹une répression expéditive pour faire régner l¹ordre : arrestations et interrogatoires d¹enfants, multiplication des gardes à vues, criminalisation du syndicalisme, dispersions brutales et violentes de rassemblements « non encadrés » (manifestations, rassemblements, fêtes, concerts), etc.

Parce que nous ne pouvons accepter une telle surenchère de la violence policière ; parce que nous ne pouvons nous résoudre à accepter une société où la réponse à tout conflit ou tensions sociales soient les "tirs tendus" de flash ball : nous demandons l¹interdiction immédiate de cette arme, avant que l¹irrémédiable ne se produise."

Parmis les premiers signataires :

Monique Dental, animatrice du Réseau Féministe « Ruptures »
Eric Hazan, éditeur
Gerard Delteil, écrivain
Jérôme Martin, eneignant
Frédéric Neyrat, philosophe
Gilles Perrault, écrivain
Serge Quadruppani, écrivain
Antoine Volodine, écrivain

Pour signer en ligne
http://petitions.samizdat.net/001-pour-l-interdiction-immediate-du-flash-bal
l

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Tourtaux 19/07/2009 09:14

C'est signé.

modérateur 19/07/2009 09:37


C'est un certain sinistre de l'Intérieur qui a décidé d'équiper les policiers ordinaires de flash-ball qui étaient auparavant utilisés par des groupes spéciaux d'intervention.