Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

CTP ASSFAM - "Elle veut toujours refaire le monde"

18 Septembre 2009 , Rédigé par Morpheus Publié dans #commissions paritaires CG 59

11H34 – Vendredi 18 septembre - Lille – Hôtel du Département – Salle Matisse : Les élus CGT ferment tranquillement leurs dossiers, se lèvent et quittent la salle. L'espoir suscité par la tenue d'un CTP spécial ASSFAM s'est envolé. Le CTP se terminera sans eux.

«Elle veut toujours refaire le monde ! » s'exclame alors BH, Président du CTP.

«Elle», c'est l'expert CGT, notre expert, éducateur à l'Aide sociale à l'Enfance, à la retraite depuis un an.

"Elle", c'est la génération de travailleurs sociaux, politisés et cutivés. Pensée souple et ouverte.

«Elle», c'est notre camarade qui, malgré la retraite, continue à travailler toutes les semaines sur les dossiers de l'Aide sociale à l'Enfance.

«Elle», c'est une militante qui assure la défense individuelle des Assistantes Familiales et les soutient quand l'Institution leur fait défaut ou leur enfonce la tête sous l'eau.

«Elle», c'est une syndicaliste et un grand coeur qui évite au Conseil Général de se traîner des gamelles trop lourdes quand elle soutient des collègues persécutées et leur famille au bord du drame.

«Elle», c'est notre amie et tout ce qu'elle fait, elle le fait de manière désintéressée, pour défendre ses convictions et ses valeurs.


Lui, c'est le Président du CTP, Vice-Président aux Ressources humaines, élu au Conseil Général, à Lille Métropole Communauté Urbaine et Maire d'Armentières, deuxième du nom.

Lui, c'est un socialiste version fin XXème siècle, technocrate et pragmatique. Dans son Parti déjà moribond, « refaire le monde », c'est une insulte pour les gâte-bilans, les empêcheurs de gérer en rond. Le monde, il faut l'administrer.

Lui, il a été impoli à trois reprises, une fois en imposant sa logique d'exposition, sa méthodologie, à notre expert, une deuxième fois en l'interrompant alors qu'elle lançait un débat de fond, une troisième fois en parlant d'elle à la troisième personne. Et quand on est grossier avec un de nos copains, on quitte la salle.


Nous, nous avions pourtant été  particulièrement polis et diplomates : le document de travail était bienvenu, remerciements, petite introduction constructive, suggestion de rattacher la gestion des ASSFAM à la DRH,  mais  bien sûr nous interviendrons ensuite, mais j'vous en prie. Nous avions été aussi très patients : pour commencer petite séance de cinéma aux armées, propagande de recrutement de bleus sur sur une soupe musicale à faire braire un âne neurasthénique, discours généraux,  étalage de bons sentiments, parcours balisé de la pensée utilitaire. Nous avions tout accepté en espérant qu'après deux heures d'échauffement, le débat allait commencer. Eh bien non, l'affaire était dans le sac et nous n'étions présents que pour la forme.


Bilan d'étape : des promesses de miettes, des procédures inapplicables, des outils paradoxalement inutilisables et des parapluies.


(à suivre – prochainement Tract spécial CTP ASS-FAM)

 

PS : Lui était également éducateur, il y a vingt à trente ans.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

une assistante familiale 02/10/2009 17:35


Je croyais que jamais cela m'arriverais qu'un enfant parce qu'il dit des choses contre sa tata que le service le croie comme cela et que je me retrouve au commisariat pour devoir m'expliquer. ça
peut arriver à n'importe qui et on a l'impression que le ciel vous tombe sur la tête. On commence a avoir vraimant peur maintenant et quelquefois je me demande comment dans ces conditions on peut
encore accueillir des enfants si le service vous accuse toute de suite d'être maltraitante.


modérateur 02/10/2009 18:31


et comment faire encore confiance au service, au référent après cela ? et comment partager avec eux les secrets confiés par les enfants et les ados comme ils le demandent ? je vous admire de faire
ce travail dans les conditions où vous devez l'exercer.


uen assistante familiale 30/09/2009 09:54



ça m'a beaucopu touché ce qui est dit par mes collègues . Du coup je voudrais aussi raconter cette histoire. Un jeune qui avait 8 ans quand il est reparti chez sa maman a raconté quand il avait
12 ans que mon mari et un de ses copains lui avait fait des attouchements sexuels. La jeune que j'avais depuis des années m'a été enlevé alors qu'elle avait 15 ans et qu'elle avait dit pourtant
qu'avec mon mari il ne se passait pas des choses comme cela et que c'était faux. Alors elle est partie. On m'a dit que c'était par précaution. Je ne vous dit pas comment mon mari et moi on s'est
sentie salie, suspectés alors que le jeune été tellemnt contadictoire dans ce qu'il disait qu'il n'a pas été cru par la police. Mais mon mari et moi ont été entendus par la police et c'est la
honte d'être appelés pour ce genre de problème. Heureusemnt que j'ai eu une une personne du syndicat qui m'a bien écouté , m'a aidée et mon mari car je n'avais plus confiance dans les personnes
du service.
jamais je n'aurai cru que cela m'arriverait et je peut vous dire que c'est un tremblement de terre que mon mari et moi on a vécu. Je voulais le dire sans doner mon nom car j'ai encore peur



modérateur 30/09/2009 13:34


je ne l'aurais pas publié avec votre nom pour ne pas vous mettre en danger - merci de venir témoigner. Cela montre qu'il y avait bien des choses à dire et à mettre à plat lors de ce CTP et que
l'élu n'y tenait pas.


une référente 29/09/2009 08:31


Vous voulez d'autres histoires: une jeune dit "tonoton y m'a pincé là où cà fait mal" à l'éduactrice de l'IME. Sans plus de précaution, sans faire de rencontre entre le référent , l'assistante
familiale et l'établissement où était accueillie cette jeune à la journée, le RPEF  envoie au parquet cette phrase sans plus de "précaution" . Le sachant et en tant que référente 
connaissant cette jeune depuis de nombreuses années j'ai fait également un rapport circonstancié parlant de ses problèmes. L'établissement croyait à un "abus sexuel" jusqu'au moment où cette jeune
a accusé son éducatrice qu'elle la tapait. Ce qui était faux naturellement .Là il n'y eu pas d'enquète ni d'envoi au procureur mais les educateurs se sont posés la question de la vérité des
dires de cette jeune.
Naturellement je n'ai pas voulu que cette jeune parte de chez cette assistante familiale dont les états de services depuis des années n'avaient jamais révélé de sa part ni de celle de son mari de
suspicion d'ordre sexuel. Heureusement car dans ces cas là on retire l'enfant et c'est la catastrophe. Vu ma resistance la jeune est restée chez "tata" comme elle dit. La jeune  a été entendue
par la gendarmerie, l'assitante familiale  et son mari également ce qui les a quand même bien pertubé.  Il s'est avéré que le problème n'était pas d'ordre sexuel et la famille d'accueil
n'a plus été soupconnée.


modérateur 29/09/2009 18:49


Malheureusement aussi longtemps qu'ouvrir le parapluie - "envoyer au parquet une information ou une phrase sans plus de "précaution" - reste la solution la plus confortable, eh bien certaines
personnes frileuses ne s'en priveront pas. Les ASSfam mises en cause, fortes de leur innocence et convaincues de celle de leurs proches devraient systématiquement déposer une plainte pour
dénonciation calomnieuse ou diffamation.


une assistante familiale 28/09/2009 19:07



Monmari mis en garde à vue parce que le responsable n'a pas voulu entendre que l'enfant qui racontait des histoires d'attouchement  parlait  peut_être de  son oncle qui
avait le même prénom que mon mari mais le reponsable est resté sur sa position alors que la référente lui avait dit de faire attention Je ne vous dit pas dans quel état était mon mari.



modérateur 29/09/2009 18:37


Je ne sais pas quoi répondre car je pense que ce type d'expérience doit être terrible à vivre.


julie 26/09/2009 11:53


"Attention quand même" "IL "doit donc savoir que le mari d'une assistante familiale après une garde à vue alors que ce dernier a été innoncenté est décédé prématurément suite à ce traumatisme.
Aucune excuse n' a été faite à son épouse

Vous en voulez d'autres?


modérateur 28/09/2009 17:04


oui