Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

«Assistants familiaux : En visite au CTP du 5 juillet 2012, Patrick Kanner fait son tour de Pass Pass »

21 Juillet 2012 , Rédigé par Morpheus Publié dans #management social-liberal

Si notre titre plagie celui de la Voix du Nord "En visite dans le Cambrésis, Patrick Kanner fait son tour de Pass Pass (1)", c'est que  depuis le CTP du 5 juillet dernier, les tours de passe-passe ne nous étonnent plus vraiment. Oui, notre nouveau Président est un excellent prestidigateur. Mais nos moqueries s'arrêteront là, car notre édile est sensible au respect entre partenaires. Ce qui ne l'a pas empêché, lors du dernier CTP, de confisquer la parole à l'expert CGT sur le dossier concernant les contrats de travail et d'accueil familial des Assistants Familiaux.

 

Après trois brèves minutes d'intervention de notre expert, Monsieur Patrick Kanner, impatienté par le caractère technique, juridique et pointu de son intervention, a coupé le sifflet à notre camarade. Assistant familial lui-même et ancien Secrétaire Général CGT dans l'industrie automobile. Notre camarade, rompu aux impolitesses et aux mesquineries patronales, n'a pas été pris de court et n'a pas cédé le terrain. Ce qui lui a valu une volée de bois vert de notre très respectueux Président qui n'a pas hésité à donner une méprisante mais approximative « leçon » de sémantique au "prolo." de la CGT. Nous prouvant par là, que comme tout bon petit bourgeois, il s'attache plus à l'apparence qu'au contenu.

Par la suite, Monsieur Patrick Kanner, notre très respectueux Président,  a largement distribué le temps de parole (dont le nôtre) aux autres organisations syndicales. Nous avions pendant ce temps,  endossé le rôle de "fous du roi", en nous affublant d'un nez rouge, renvoyant à l'édile, la réalité du dialogue social au Conseil Général du Nord. Il paraît que nous étions "grotesques" et que nous nous manquions de respect ! à qui la faute ? 

Ce qu'il faut retenir de cet article n'est pas dans ce qui précède mais dans le fait que les contrats de travail et d'accueil qui vont être présentés aux futurs assistants familiaux du Département ont été rédigés - dans l'esprit – pour plomber nos futur(es) collègues et – dans la forme – présentent  des irrégularités juridiques telles que nous le  ou les ferons tomber d'une chiquenaude au TA.

Ces contrats ont pourtant recueilli les suffrages  de l'UNSA, dont la Secrétaire Générale, élue CT,P nous avait fait l'honneur, pour une fois de sa précieuse présence. Participation exceptionnelle justifiée a posteriori par son intervention élogieuse et brosse-savates patronales sur ce dossier. Au passage et contre tous les usages syndicaux, la patronne de l'UNSA, notre Odette post-moderne,   est montée au créneau contre certaines organisations accusées de n'avoir pas participé à la dernière réunion de travail sur le sujet mis aux voix et s'autorisant à le critiquer le jour du vote. La CGT était bien évidemment dans sa ligne de mire car première organisation de la collectivité  et seule capable de réunir plus de 500 AssFam en moins de six mois dans ses heures d'information mensuelle. Le patron exultait et  l'UNSA qui avait fait monter ses prix entre deux absences  tenait son rôle privilégié de traître.  Ce syndicat-maison dont la direction est composée de permanents fantômes, n'a en effet qu'une seule fonction dans la collectivité :  briser les mouvements en cours, voter contre les autres organisations, cautionner les pires mesures contre les salariés y compris ses propres adhérents. 

Au camarade qui me faisait malicieusement remarquer qu' "ANUS" est l'heureux anagramme d'"UNSA",  je réponds ce que m'a suggéré un autre camarade car ils sont tous très boute-en-(arrière)train mes camarades ! : les responsables de l'UNSA Conseil Général seraient-ils auprès de nos collègues, les côlons  colons de l'autorité territoriale ?

Bref, que du respect ! Un patron exemplairement poli et une organisation-godillot, main dans la main, qui valident un contrat de travail ni fait ni à faire et un contrat d'accueil piégé. Nos réunions d'information mensuelles auprès des Assistants Familiaux ont encore de belles heures à vivre et les locales des régionaux auront du matériau pour des articles.

Le patron s'annonçait exemplaire ? En retour nous lui promettions de l'être également. Nous le serons quand même malgré sa défection :  exemplairement combatifs*, exemplairement offensifs et vigilants :  syndicat de luttes, de terrain et de masse.

 

*combattifs - les deux formes sont autorisées.

1 - En ce qui concerne la carte Pass-Pass, nous rappelons que nous dénonçons l'utilisation des nécro-technologies telles les RFID dans la vie quotidienne de nos concitoyens. cf nos articles :

LMCU : Pass Pass, petit passe...qu'est-ce qu'ils ont volé ces élus Planckés....la Liberté !

Les Cartes à "Cliquets" : clic, contrôlé, clic, fiché, clic, fliqué, clic, interné...

Ne partagerions-nous donc aucune valeur décisive avec notre employeur ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maguy 28/07/2012 10:19


Il serait important de donner ne serais-ce qu'un seul exemple sur l'illégalité du contrat de travail et les conséquences pour l'assistant familial.


Le Département veut adopter des sous modalités à l'accueil permanent qui ne peut se  décliner selon la loi qu' en accueil soit continu , soit intermittent. L'accueil intermittent devant être
ponctuel et de courte durée.


Hier j'ai une assistante familiale au téléphone qui me dit accueillir depuis 4 ans un jeune 1 week-end sur deux et une partie des vacances. Cet accueil est considéré par le Département comme
intermittent alors que d'après le loi il est continu puisque qu'il dure dans le temps. Le problème qui se pose est la rénumération. Elle n'est effectivement pas la même si l'accueil est considéré
comme continu ou intermittent.  Intermittent étant bien entendu moins avantageux financièrement. Dans cette situation l'assistante familiale est donc lésée  alors  que la
place  est  réservée et occupée par ce jeune  de façon permanente.


Si les problématiques de certains jeunes réclament des variantes, des aménagements dans le mode de placement ( établissement- ASFAM- internat- relais etc...) cela doit d'une part être
notifié dans le projet éducatif et le projet d'accueil ce qui n'est pratiquement jamais  fait .


On voit bien là toutes les dérives à partir de ces sous modalités en fait qui ne sont que des aménagements dans la prise en charge du placement qui vont pénaliser et qui pénalisent déjà les
assistants familiaux même au niveau fiscal.  Sachant que les placements judicaires augmentent d'année en année , faudrait-il là se poser les bonnes questions et analyser pourquoi? Mais le
Département ne voit simplement que le petit bout de la lorgnette à savoir combien lui revient un placement. Question : un enfant deviendrait-il une marchandise?


Ainsi à travers le contrat de travail et le contrat d'accueil se posent de véritables problèmes : la détérioration du climat social, la prévention qui est un échec cuisant etc  La stratégie
pour le département  est de trouver des sous  modalités de placement dont les assistants familiaux, catégorie professionnelle au statut pécaire et fragile doivent faire les frais
de restrictions budgétaires.


Ceci n'est qu'un aspect des illégalités dans ces contrats!

modérateur 28/07/2012 11:22



"Question : un enfant deviendrait-il une marchandise? " OUI ! Le problème des cadres de l'action sociale du Département (et ce sont eux qui conseillent les élus) est de ne pas reconnaître aux
ASSFAM leur statut à part entière de travailleurs sociaux - ils sont encore dans la représentation "nounou" au mieux et "garde-meuble" au pire. Leur autre défaut est de ne pas considérer les
enfants placés en tant que personne humaine, intelligente, aimante, souffrante, inquiète, etc...et comme tu le dis, de ne chercher qu'à les caser sans que ça coûte trop cher à la collectivité,
c'est pour cela que tu rencontres régulièrement des Assfam niées dans leur professionnalisme et des enfants ballotés et destabilisés par les choix de l'administration.


Pour ceux qui lisent les commentaires et qui ne comprendraient pas pourquoi l'AssFam dont tu parles ne porte pas son dossier devant la juridiction compétente, la raison est simple : si l'AssFAm
cherche à faire respecter la réglementation et à transformer le contrat d'accueil intermittent en accueil continu comme la loi lui reconnaît, elle gagnera mais....la collectivité s'arrangera y
compris avec les possibilités légales (accueil terminé non remplacé, absence de placements, etc...) pour mettre à moyen termer notre collègue au chômage.


Est-ce à dire que cette collègue ne doit pas se défendre, bien au contraire, elle doit le faire en étant soutenue publiquement et en cadrant bien son dossier. Si elle ne fait que râler auprès de
son référent ou de l'UAF, c'est là qu'elle sera en danger.



Jean-Paul 27/07/2012 20:23


Je ne comprends  pas que le service juridique ait pu laisser passer de tels  contrats s'ils sont illégaux ;  Il lui suffit pourtant de lire la loi. La question se pose donc
sur les compétences de ce servce?  


Si l'expert a été censuré ceci est une démonstration d'un manque total de déférence . Si Monsieur le Président lit ce commentaire et je ne doute pas qu'il en soit informé il serait
intéressant qu'il mettre en adéquation ce qu'il dit et ce qu'il fait! Un assistant familial expert n'a sans doute aucune valeur à ses yeux pour avoir eu un tel comportement. Combien vaut à ses
yeux des personnes qui ne sont pas de son  sérail? Des nuls sans doute, sans intéret! C'est purement sacndaleux! Cette censure et cette méprisante "leçon"  sont d'une rare
 violence . Après cela je ne vois pas comment Monsieur le Président pourrait encore donner des leçons de savoir vivre . Il lui faudrait  faire un stage de relations humaines. 

modérateur 27/07/2012 23:01



Du coup, à re- travailler une ultime fois sur le contrat pour bien pointer ce qui dysfonctionne, on ne sait plus ce qui est imputable à de la maladresse, de l'inexpérience  et ce qui relève
d'une feuille de route.



gilles 27/07/2012 18:01


Si je comprends bien le nouveau contrat de travail et d'accueil des assistants familiaux serait illégal? Mais est-ce étonnant? En tout cas le comportement de notre Président à la voix de ténor
prend plaisir à interrompre celle  qui n'est pas la sienne! Pourtant son organe  semble sonner faux? Il faut donc qu'il révise ses gammes! Mais je suis qu'à peine étonné de ce
comportement  arbitraire :  couper la parole  à celui qui n'est pas d'accord avec lui. Il se révèle ce bon Président qui veut faire croire par de beaux discours
et des sourires de circontances qu'il est un vrai démocrate!   J'espère que le tribunal administratif vous donnera raison et votre combat pour défendre cette profession , car ce
n'est pas la première fois que je lis un article sur le métier d'assistant familial qui apparremment n'est pas une sinécure mérite un coup de chapeau.

modérateur 27/07/2012 18:54



Un ténor lyrique fort honorable, c'était d'ailleurs bien sympathique ce Président heureux de chanter en public. Mais il a peut-être l'oreille déjà pervertie par de mauvais conseillers, il faut
qu'il se reprenne pour ne pas changer de rôle, Don Ottavio ne doit pas céder la place à Monostatos.


Ce contrat est un torchon malveillant.



Tourtaux 21/07/2012 23:40


Pas de soucis, les fous du rois dont je parle dans mon titre sont ceux du syndicat maison.

Tourtaux 21/07/2012 21:28


Donc, mon blog va servir de vase communiquant avec un titre qui décoiffe.


 

modérateur 21/07/2012 21:56



certes Jacques, les vrais fous du Roi s'ignorent et ne portent pas de nez rouge même par auto-dérision.