Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Le 15 mai et....après.

7 Mai 2014 , Rédigé par TriNiTy

 

Pour les salaires, l’emploi, les missions publiques, 

CONTRE L’AUSTÉRITÉ !


A l’appel de la grande majorité des organisations syndicales, le 15 mai prochain peut constituer un temps fort de contestation dans les 3 versants de la Fonction publique.

Les raisons  ne manquent pas.

Sur la question des salaires et du pouvoir d’achat la situation imposée aux agents est catastrophique et absolument sans précédent. Le gel de la valeur du point entamé sous l’ère Sarkozy en 2010 a été maintenu sous l'ère Hollande.


Résultat : les pertes de pouvoir d’achat s’accumulent, les qualifications ne sont plus reconnues, les déroulements de carrière sont étriqués et misérables. Un nombre considérable de salariés ne joint plus les deux bouts.


Sur la question de l’emploi aucun début de réponse n’est apporté au sous-effectif alarmant des hôpitaux publics, bien au contraire.
L’étranglement budgétaire dans la Fonction Publique Hospitalière conduit à des plans sociaux par le non renouvellement des contractuels, des départs en retraite ... Des milliers d’emplois sont concernés. Sur le versant de l’État, les secteurs décrétés non prioritaires – de loin les plus nombreux – continuent de subir des suppressions massives et dangereuse.

 

Dans la Fonction publique territoriale, les coupes dans les dotations financières conduisent à un nombre croissant de plans de réduction de l’emploi. Partout, la précarité est malheureusement toujours à l’ordre du jour.
Les amputations budgétaires massives viennent mettre à mal les moyens de fonctionnement de tous les services.
Tout cela conduit à des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader.
Pour les salaires, l’emploi, les missions publiques


CONTRE L’AUSTÉRITÉ !

Toutes et tous en grève et dans les manifestations le 15 mai



Certes, les discours se multiplient sur l’importance des services publics, de leurs missions. Mais, dans la réalité, non seulement les réformes permettant de rompre avec la politique désastreuse de la droite se font cruellement attendre, mais ceux qui gouvernent depuis le printemps 2012 prennent des décisions de même nature qui aggravent encore la situation.

On aurait pu espérer que la débâcle qu’ils viennent de subir aux élections municipales soit un électrochoc salutaire et les conduisent à entendre qu’une toute autre politique – conforme aux souhaits exprimés lors de l’élection présidentielle – doit d’urgence être mise en œuvre.

Eh bien, pas du tout : c’est exactement le contraire qui se produit !

 

Manuel Valls, confirme et amplifie la politique d’austérité menée : validation de l’inacceptable pacte de responsabilité, nouveaux et nombreux cadeaux – sans contrepartie aucune au patronat, nouvelles attaques contre la protection sociale...
Des amputations budgétaires massives sont mises en avant : 19 milliards pour l’État, 10 milliards pour la protection sociale, 10 milliards sur le versant territorial.
Ces coupes supplémentaires et drastiques ne pourront avoir que des conséquences dramatiques sur le service public et ses agents et, bien entendu, la population. D’ores et déjà, des annonces commencent à tomber qui font froid dans le dos.

Inutile de dire que, dans un tel contexte d’austérité décuplée, le dégel de la valeur du point pour 2014 – et même 2015 – n’est bien sûr pas à l’ordre du jour.

Enfin, cerise sur le gâteau, le Premier ministre annonce la suppression de la moitié des régions à l’horizon 2017 et la suppression des conseils départementaux pour 2021. Sous l’alibi fallacieux du supposé « millefeuille administratif », c’est bien d’une casse en règle de l’organisation démocratique de la République dont il s’agit. Hollande entend accélérer la casse des départements et parle déjà de 2017.

Cette politique libérale renforcée ne peut bénéficier qu’au grand patronat et aux gros actionnaires. Pour l’immense majorité, elle ne peut que conduire droit dans le mur, accroître les inégalités, casser les services publics, augmenter le chômage...
Pourtant, les alternatives existent bel et bien.
Répondant aux besoins de justice sociale, de développement humain durable, elles sont possibles et crédibles.

Pour cela, il faut notamment s’en prendre aux profits colossaux des grands groupes, aux dividendes vertigineux versés aux plus fortunés, remettre en cause les plus de 200 milliards d’aides diverses versées aux entreprises qui sont la vraie cause des déficits publics et dont l’utilité est nulle....
Redonner du pouvoir d’achat aux salariés par l’augmentation de leur feuille de paie, en plus d’être d’une justice élémentaire, c’est se donner les moyens d’une véritable relance, équilibrée et pérenne.
Développer les missions publiques, renforcer les services publics, c’est plus d’équité, de progrès social, de développement humain durable.
Face à la surdité persistante de nos interlocuteurs, l’heure est donc résolument à l’action.
Dans le cadre de la journée unitaire du 15 mai, la CGT appelle les agents de la Fonction publique à se mettre en grève et à participer massivement aux manifestations.




POUR



ª L’augmentation immédiate de la valeur du point
ª La fin des suppressions d’emplois et des créations partout où c’est nécessaire
ª La reconnaissance des qualifications et l’amélioration des déroulements de carrière
ª Des mesures fortes contre la précarité
ª Des moyens pour les services publics et leurs missions


TOUTES ET TOUS DANS L'ACTION
LE 15 MAI !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

un syndiqué CGT 09/05/2014 11:00


L'austérité c'est pour les plus pauvres et les plus démunis . Tous ces politicars de gauche ne pensent qu'à leur place et non aux citoyens car ils auraient dû démissionner s'ils avaient des
"couilles" ! Mais trop peur de ne pas être réelus et perdre leurs avantages car ne voulant pas retourner au turbin,  ils veulent nous faire croire qu'ils sont contre la politique actuelle
mais s'arrangeront toujours entre eux pour ne pas faire sauter ce gouvernement inique , mensongé etc...   Il n'y aura pas de retournement!

modérateur 09/05/2014 11:15



pour la suppression des départements ce sera la même chose, comment conserver des places - se pose aussi le problème de l'aide sociale - qui va la payer - à qui la refiler ? comment la réduire à
peau de chagrin ?



Jean Marie 08/05/2014 19:17


J'espère qu'il y aura du monde mais sans vouloir être pessimiste alors que la situation est plus que grave il me semble que la mobilisation n'est plus à la hauteur des enjeux. Les syndicats
deviennent des collabos du gouvernement et du patronat.


Il est tout  à fait regrettable que même à la CGT,   à part quelques poches de resistance qui sont empéchées par des UD  et la Fédé que ce syndicat ne soit plus à la hauteur de ses
convictions et de ses valeurs. 


Cela fait le jeu de tous ces libéraux qui cassent le travail et les travailleurs . Monsieur le Paon devrait reveoir sa stratégie car elle ne capte plus les véritables militants c'est
tout le contraire au nom d'une réal poltique !  


Sinon bravo pour l'article

modérateur 08/05/2014 19:51



C'est le tract de la Fédération CGT des services publics avec quelques actualisations et modifications mineures.