Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

"Nos révolutions sont trahies !"

8 Mars 2012 , Rédigé par Miette Publié dans #multitudes versus ideologie

Nous relayons un "appel aux militants" du Front syndical de classe. Bien mesuré, bien poli, cet appel a le mérite d'exister même s'il demeure encore timide dans la dénonciation du rôle d'édredon joué par les grandes centrales. Alors oui, il est temps de poser la question, quand commencerons-nous à combattre ceux qui nous font la guerre ? Nous les connaissons, ils tiennent tous les lieux de pouvoir : des medias aux moyens de production, des exécutifs locaux aux sommets européens et mondiaux, des armées jusqu'aux banques. Nous sommes la multitude,  Debout !

 

Site : www.frontsyndical-classe.org - Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net


 
"Appel aux militants pour la reconstruction d’un syndicalisme gagnant


Le capitalisme en crise et ses institutions attaquent brutalement tous les acquis sociaux et démocratiques depuis plus de 30 ans. Aujourd'hui, l'Union Européenne expérimente en Grèce la destruction totale des conditions de vie du peuple et se prépare à imposer la même chose dans toute l'Europe (à travers par exemple le « Mécanisme Européen de Stabilité » destiné à « sauver l’euro » en sacrifiant les peuples) .
Face à cette offensive sans limite, les travailleurs ont besoin pour se défendre d'organisations qui les regroupent sur la base de leurs intérêts. Mais la Confédération Européenne des Syndicats, directement financée par l'UE, se veut un « partenaire social » et a soutenu toutes les régressions et tous les projets européens imposant la « concurrence libre et non faussée » » entre les travailleurs.
En France, la CFDT est la tête de pont de ce syndicalisme jaunissant : soutien à la casse des retraites en 2003, à la constitution européenne en 2005, condamnation des grèves dures à la SNCF, dans les raffineries, dans les transports, intrigues avec Sarkozy contre le statut de la Fonction publique, manœuvres tous azimuts pour morceler les luttes et éviter qu'elles ne cristallisent dans un « tous ensemble en même temps »...
Malheureusement, les organisations majeures du mouvement syndical (CGT, FSU) ont subi peu à peu une dérive similaire de leurs directions qui ont privilégié l'ancrage dans la CES et la stratégie du syndicalisme rassemblé au sommet avec la CFDT.
Ce syndicalisme d'accompagnement n'a pas été capable de résister au rouleau compresseur anti-social, débouchant depuis 1995 sur des échecs et des reculs majeurs en dépit de luttes à la base de très grande ampleur (2003 ou 2010). Il ne résistera pas plus à la guerre sociale qui s'annonce.
Tandis que les congrès de la CGT et de la FSU sont prévus pour 2013, une question centrale se pose donc au mouvement syndical et à ses bases combatives : les travailleurs peuvent-ils faire l'économie d'organisations syndicales retournant à leurs fondamentaux de classe, exprimés pendant une longue période par les statuts confédéraux de la CGT (résistance aux empiétements quotidiens du capital et volonté de renversement du système capitaliste pour une nouvelle société dans laquelle les travailleurs s’approprieraient les moyens de production et d'échanges) ?
Ce qui est en jeu dans les congrès qui viennent n’est pas le remplacement de tel ou tel dirigeant par tel ou tel autre mais le type d’orientation, de militants et de dirigeants dont le mouvement syndical doit se doter pour mener victorieusement les combats qui viennent. Nous affirmons la nécessité pour nos organisations de renouer avec la lutte de classe, base de l'unité et des victoires des travailleurs, et à sortir de la fausse unité que représente le syndicalisme rassemblé pour revenir à la seule unité qui vaille : celle réalisée d’abord en bas et surtout dans la lutte !
C’est pourquoi nous lançons à tous les militants, à tous les syndiqués et au-delà à tous les salariés un appel pour que ce débat s’impose dans nos organisations, à tous les niveaux et pour toute la période qui vient !


Front Syndical de Classe, mars 2012

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

un agent actif 09/03/2012 10:01


Il suffit de lire les articles de la voix du Nord et de Nord Eclair concernant les fonctionaires de  la ville de lille dont la maire est Martine AUBRY pour rappel pour s'apercevoir que tous
ces responsables à la solde de la chef minimisent les problèmes pour faire croire que tout va bien dans ce monde merveilleux de cette gauche toute acquise à taper sur le dos des Travailleurs.
D'autre part minimiser cette souffrance  au travail en pensant que ce sont  des cas  individuels donc sans importance et que c'est un effet de la pérode éléctorale pour  la
CGT à faire ce genre de décalartaions c'est avouer une méconnaissance  totale du terrain et la négation que les salariés ont peur d'un management actuel qui est de plus en plus inhumain. Les
mêmes problèmes et les mêmes réactons    au Département ,  les agents n'osent plus rien dire de peur qu'on leur dise si vous n'êtes pas contents partez. Vouloir faire croire que le
nombre de candidatures serait un indicateur du bon fonctionement de la mairie c'est nié le taux de chomage qui amène les gens à postuler partout. Dans les usines c'est la même chose cela ne veut
pas dire que l'usine est un lieu humain.


Cette gauche de Martine AUBRY , de François et des autres je n'en veux pas. Leurs discours c'est de la "m" pour nous endormir . Mais qu'ils ne comptent pas sur tous ceux qui ne se laissent pas
abuser et que le combat continue!

modérateur1 09/03/2012 11:19



Jean-louis Frémaux fait une réponse totalement imbecile à la presse soit il vit dans une réserve soit il ne vit que pour les échéances électorales. Les articles sur la médiathèque de Lille vont
être mis en ligne prochainement.



Tourtaux 08/03/2012 23:54


Je t'invites ainsi que le lectorat de votre blog, à venir lire l'excellent article que je vient de publier écrit par le PC Grec qui mouche le fameux Pierre Laurent, président du PGE mais aussi,
Secrétaire général du PCF. Cette lettre qui lui est adressée par le PC Grec, est remarquable de lucidité et de maturité politique, sens dont s'est départi depuis longtemps le PCF. Si j'attire
l'attention sur ce point vital sur le devenir du peuple grec qui lutte courageusement, c'est tout simplement parce que la ligne directrice suivie par les illégitimes députés de l'UE, dont ceux du
PGE, qu'ils appliquent à leur niveau est celle qui est ordonnée par le Capital.

modérateur 09/03/2012 11:16



Je l'ai lu hier soir, ce n'est pas la première fois que les communistes grecs sont trahis par les partis communistes européens, lors du partage de Yalta ils ont déjà été sacrifiés.



Tourtaux 08/03/2012 22:02


Je suis dans le même état d'esprit que toi concernant les élections pipées dès le départ et dont les masses populaires vont payer le prix fort. Le réveil va être laborieux après la mascarade
électorale. Les licencieurs n'auront plus de limites dans leur course aux profits.

modérateur 08/03/2012 22:06



Voir perdre Sarkozy, ce serait un plaisir certain, lui qui recommence une campagne sur les thèmes de 2007 : sécurité, immigration, fraudes, la haine encore et toujours mais il y a des limites, le
candidat PS ne prend même pas la peine de faire semblant.



Tourtaux 08/03/2012 21:08


Tu ne crois pas si "bien" dire. Tout fout le camp en miettes.Quelle connerie d'espérer que les choses vont aller mieux après la mascarade des présidentielles. Voilà donc à quoi se résume l'état
des lieux citoyens. La situation se détériore vitesse grand V et on se contente de relater, de renacler, de condamner.


Je vais reprendre ton combatif chapeau pour le mettre en commentaire à l'article du FSC que j'ai publié.

modérateur 08/03/2012 21:35



Miette est une des voix de la multitude. Merci de relayer son introduction au texte du FSC.


Il faut lutter contre l'effet de sidération, la stratégie du choc dont Naomie Klein fait une si brillante explication. En France, la période est un peu différente, on fait comme si...comme si un
changement de majorité allait changer le cours du monde, comme si les Grecs, les Espagnols et les Portugais n'avaient pas (ou pas eu) des gouvernements socialistes, comme si en Grèce, il n'y
avait pas une Union sacrée contre le peuple, comme si un parti vendu depuis longtemps aux bienfaits du capitalisme et aux vertus de l'Europe libérale allait prendre des mesures susceptibles de
nous protéger. Plutôt lutter desespéré et  la rage au ventre que voter sa propre perte !