Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Mal-être des AssFam du Douaisis : les UAF contestées !

25 Février 2012 , Rédigé par TriNiTy Publié dans #cgt59

Des conditions de travail qui se détériorent, un statut précaire, des structures qui accentuent les dysfonctionnements (UAF), le ras le bol des salarié(e)s, des militants CGT mobilisés et vigilants, voilà le cocktail explosif qui se prépare au Conseil Général du Nord. Plus de cent salarié(e)s du Département du Nord (plus de 25 % des effectifs du Douaisis), se sont réunis à Auby,  le 12 février dernier à l'invitation de la CGT 59 pour exprimer leurs inquiétudes, leur colère et faire remonter leurs doléances auprès des élus. Erick Charton, Maire PS de Raimbeaucourt n'a pas manqué ce rendez-vous important et nous a fait part de son effarement à l'issue de la réunion. Il nous dit que  les informations ne remontent pas jusqu'aux élus ! Nous ne doutons pas de sa bonne foi. Mais il fait exception ! et nous savons par expérience* que les élus préfèrent entendre la voix mensongère de l'administration quand il s'agit des salariés du Département.

 

Pour preuve, les élus PC et Front de Gauche du Douaisis, retenus en même temps sur un schema routier à Douai  et une réunion de groupe à Lille (mêmes élus, mêmes heures mais deux excuses différentes), bien que doués d'ubiquité, n'ont pas pu honorer nos collègues par la présence d'un de leurs représentants. Solidarité au sommet oblige...

 

Le syndicat CGT, quant à lui,  continue à organiser la lutte et la solidarité à la base,  coordonne le mouvement des Assfam et rend publics leurs problèmes, leurs désarroi et leur colère. Les militants accompagnent régulièrement des Assfam mis(e)s à mal par une hiérarchie toute puissante, à la fois juge et bourreau,  qui tient la hache et n'hésite pas à s'en servir. A suivre...

 

* en décembre 2011, la majorité de gauche du Conseil Général du Nord votait, malgré un très large mouvement de protestation,  une "prime de classe", un régime de  de fonction mensuel aux encadrants épongeant très largement le gel des rémunérations des fonctionnaires, l'équivalent d'un treizième mois pour un catégorie C, un agent des collèges, un agent d'exploitation, etc...  Dans le même temps, les autres agents du Département vivaient la baisse de leur pouvoir d'achat.

 

Lire l'article de la Voix du Nord ci-dessous 

 

 "Lesarticle-voix-du-nord-reunion-du-13-fevrier-2012.jpg assistants familiaux du Douaisis font entendre leur mal-être

samedi 25.02.2012, 05:16 

 

 Érick Charton a assisté à cette réunion. Charge à lui de faire remonter les problèmes au conseil général.

Confrontés à de plus en plus de problèmes, les assistants familiaux du Douaisis, après une première réunion qui a connu un gros succès à Douai, ont remis ça, cette fois à la salle Vallin d'Auby. Une centaine d'assistants familiaux s'étaient déplacés pour exprimer leur mal-être devant des responsables syndicaux et Érick Charton, conseiller général du canton, qu'ils ont chargé de faire remonter leurs doléances auprès du Département.

 

  Les UAF contestées

Ils sont quatre cents dans le Douaisis, hommes et femmes, à exercer la profession d'assistant familial pour environ mille six cents enfants. Mme Vis, secrétaire départementale CGT de Caudry, assistée de Mmes Machut et Bachelet, élues CGT, ont reçu les doléances de la centaine d'assistants venus exprimer leur ras-le-bol.

Qui sont les assistants familiaux ? Des familles qui acceptent d'accueillir chez elles, contre rémunération, des enfants placés, victimes des formes multiples de violence. Cette profession est surtout féminine, mais on trouve aussi quelques hommes.

Le nombreux public présent à cette réunion montre qu'un malaise profond est en train de s'étendre à toute la profession, dont les conditions d'exercice se détériorent. La mise en place des unités d'accueil familiale (UAF) ne fait qu'accentuer de multiples dysfonctionnements de la direction territoriale.

Le monde des assistants familiaux forme une population éparse et isolée, soumis à un contrat de travail qui dure le temps de l'accueil. Autrement dit pas de placement, pas de salaire : ils et elles sont en situation précaire et acceptent bien souvent n'importe quoi. Ce que Marie Machut a résumé : « Elles sont taillables et corvéables à merci. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patricia 29/02/2012 15:38


Je suis écoeurée car quoi que je dise ou fait la faute c'est moi. Tout est fait pour faire croire que c'est moi qui n'est plus confiance dans le service alors que c'est lui qui n'a plus
confaince en moi.  je me rends compte qu'en disant ce que je fais cela me retombe dessus et quand je ne le dis pas c'est pareil  on me le reproche. De tout façon quand une assistante
famiuliale remet en cause le service c'est insupportable pour eux alors leur seule défense est de dire que c'est l'assistante familiale qui n'arrive pas à se remettre en question. Tout se
retourne contre nous C'est triste . De toute façon on nous rabache qu'on doit être professionnelle mais c'est quand cela les arrange et on ne sait même plus ce que cela veut dire .


En tout cas   Madame A avec Mr D en tant que formateurs  des assistantes familiales ils nous disaient qu'ils ne fallait pas se laisser faire par les référents et les
chefs de service etc.. mais maintenant  aux commandes elle vire sa cuti et fait l'inverse de ce qu'ils ont dit. Comment être encore crédible avec des dicsours en fonction de
la place occupé?  On est où là?

modérateur 01/03/2012 19:15



Je crois que le Livre Blanc à venir ne sera pas superflu



bernadette assistante familiale 28/02/2012 13:48


Je suis assistante familaile depuis 20 ans et je n'ai jamais vu ça. On est scoupconnée de tout pour des riens et jamais défendue par nos supérieurs. Au contraire ils nous enfoncent. Comment dans
ces conditions travailler bien. On a plus confiance. En plus les enfa,nts ont toujours raison comment faire? Ils sont bientôt les maitres. Pas étonant que les jeunes ne savent plus se diriger car
les adultes démissionnent. Vivement ma retraite car c'est un métier qu'on continue de faire parce qu'on a besion de trvailler et parce qu'on aime notre travail mais c'est pas à cause de tous ces
responsables qui se multiplent comme des petits pains et qu'on ne sait  même plus à quoi ils servent , si à nous faire peur, à nous punir, à nous licencier. Drôle dévolution du métier.

modérateur 28/02/2012 19:35



"on ne sait  même plus à quoi ils servent"



commentaire recopié 27/02/2012 19:37


 





Je voudrais ajoutée une pierre dans tout ce qui est dit car je suis assistante familiale dans le douaisis et j'apprends que c'est l'UAF qui gère le CNAS; aLORS SI JE VEUX FAIRE UNE DEMANDE
FINANCIERE MADAME x, la responsable de ce service va connaitre des aspects de ma vie privée qu'elle va pouvoir utiliser surtout après ce que j'ai entendu lors de la réunion. Elle ne donnera
plus de travail si elle apprends par exemple qu'on a une difficulté financière pour acheter un véhicule ou autre et elle nous mettra de côté sans que l'on sache pourqUOI; Comme il a été dit
à cette réunion tout est mélangé  et on en fait les frais . Je ne comprends pas que des choses comme cela soient autorisées. On est vraiment pas bien traitées



modérateur 27/02/2012 19:39



Je me suis permis de recopier votre commentaire afin de supprimer le nom de la responsable de service et de le republier après modification. Il est certain qu'il finit par y avoir dans le mélange
des genres dans les UAF un manque de déontologie.


 



xm 26/02/2012 17:26


Au départ, je ne voulais pas intervenir ici car ce post concerne la défense des ASFAM. Elle le mérite bien. Et je n'avais pas à y parler de mes affaires qui n'ont rien à voir.


Néanmoins, je lis qu'une ASFAM a été liquidée par la justice en plus de l'employeur.


C'est ce qui m'est arrivé à la DEAJ suite à la dénonciation du management y étant pratiqué.


J'ai été accusé de faits informatiques non datés.


J'ai été érvoqué en décembre 2010.


J'amène les preuves que le dossier a été à plusieurs reprises manipulé et que des éléments de date rendent impossibles la commission de faits mis à charge par ma personne.


Par la jurisprudence, la révocation est également disproportionnée.


Mais la justice administrative ne veut l'annuler.


Pourquoi?


L'ancien maire de Hénin Beaumont a écrit un livre "Rose Mafia" dénonçant certains faits impliquant la justice.


Je n'accuse pas mais il y a tout de même reflexion à avoir.


 

modérateur 27/02/2012 17:00



Pourquoi ? Il est vrai qu'on n'a pas cessé de se poser la question depuis que tu as été révoqué : un juge du TA qui se transforme en procureur sur un dossier où seule une mise à pied est requise,
un appel rejeté, un Conseil d'Etat qui refuse d'ouvrir le dossier....


On va s'empresser de lire "Rose Mafia", il y a des choses qu'on sait déjà mais on ne sait pas tout !



Maguy 26/02/2012 17:02


Contrairement au commentaire numéro 3 la CGT fait remonter régulièrement les difficultés rencontrées des assistants famiiaux ou des Travailleurs sociaux. Mais l'administration semble être
sourde à nos remarques. C'est pourquoi nous convoquons le presse t des elus pour essayer de faire avancer les choses mais c'est extrèmement difficile. Nousavons encore dernièrement eu une
situation où la DT de DOUAI a su actionner le bouton urgence et des enfants ont été retirés brutalement et l'assistante familiale suspendue de son agrément. Alors que cette DT sait
maintenant que  les accusations de   maltraitance sont  fausses elle n'a pas su actionner l'urgence en sens inverse et des enfants sont actuellement en grande
souffrance . La maltraitance est bien du côté de la DT. Pourtant le Président est au courant, l'élu local est intervenu mais rien ne bouge ; Quoi faire? Alerter les médias? Et je pourrais citer
encore d'autres et d'autres exemples de maltraitance institutionnelle. Je pense en fin de compte malgré l'investissement considérable  de la CGT que la DGAS soutient tous les responsables
qui dysfonctionnent et n'a  aucun sentiment vis à vis des enfants qui souffrent des erreurs de ces responsables.  Alors on peut se poser la question de savoir si la
DGAS prèfère  mieux protèger les enfants que les responsables? Q'importe ce qui arrive aux enfants la DGAS prèfère l' erreur au désordre! C'est une honte!

modérateur 27/02/2012 17:05



La DGAS dysfonctionne et il faudrait "l'adapter" un peu, je suggère que la "démocratie participative" s'exerce dans les quartiers les plus défavorisés et que l'on consulte les usagers pour
"évaluer" la politique départementale.


Quant à la manière dont traités certains enfants à cause des décisions de responsables de la DGAS, j'en connais quelques unes et j'espère qu'il y aura un jugement dernier pour ces décideurs.