Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

la buanderie du sycophante

La collaboration mutuellement avantageuse entre la FDSP La Cgt et M. Patrick Kanner (PS Nord) est engagée

11 Août 2014 , Rédigé par Miette Publié dans #La buanderie du sycophante

 

Engagée, pas « scellée » nous attendons toujours la confirmation écrite de notre interdiction d’exercice du droit syndical. Qui se dévouera pour la signer ? Promo ­— ou disgrâce — à la clef — c’est selon. Nos socialistes ­ou leurs superflus ­sauront-ils prouver qu’ils ont vraiment acquis la culture du risque, après avoir prospéré sur la misère... des autres ?

 

On connaît l’adage : si un chien mord un évèque, ce n’est pas une information ; mais si un évêque mord un chien, l’événement mérite publicité, tant il est (...)

 

Lire la suite sur le nouveau blog (sans publicités)

  chr mal 25 05

 

Merci de commenter sur le nouveau blog

Lire la suite

Des fins et des moyens (c'est au pied du mur qu'on voit le maçon)

4 Août 2014 , Rédigé par Miette Publié dans #La buanderie du sycophante



Anti-démocratique? Intrusive La CGT des services publics? Non voyons... quelle idée! D'ailleurs, on y a la vision tellement large, on y est si tolérant et pédagogique qu'il a été prouvé qu'un syndicat affilié à cette union peut se gangrener par infusion des "valeurs" de l'extrême droite durant des mois, sans que rien de suspect n'apparaisse dans les radars de la fédé. Ou plus exactement sans que la fédé ne se manifeste.

Car il aura fallu attendre que le secrétaire général du syndicat en question présente sa candidature aux élections municipales sur une liste du Front national et que, par conséquent, l'opinion publique (en quelque sorte "la rue", par apposition au Château de Montreuil) ne puisse plus douter de la collusion de certains membres du syndicat avec les "idées" de l'extrême droite, pour que les instances supérieures de l'orga. se décident à réagir. Mots clés: cgt, nilvange.

Tout est arrivé si rapidement... hein? La peste a frappé du jour au lendemain. Si subitement, mais si fort, que les vingt-six adhérents du syndicat ont majoritairement refusé de désavouer leur secrétaire général, et qu'il a fallu bricoler une procédure d'urgence pour tirer le cordon sanitaire. Ce n'est pas sur le site de la FDSP qu'on peut vérifier l'hypothèse (occultation, occlusion, forclusion), mais on peut raisonnablement parier que le fameux alinéa scélérat 3 de l'article 15 des statuts aura été "vendu" aux touristes de « La croisière s'amuse » (Ajaccio, mai 2011) à l'occasion de cette lamentable histoire. Car en mars 2011, le traitement du problème fut nettement plus laborieux que le nôtre (dont on ignore encore à ce jour, et sans doute pour toujours, la véritable nature, hommage involontaire à Kafka). Les fachos auront décidément rendu bien des services... (saloperie gratuite, ne passez pas par la case CoGeTise et jetez votre atout au tas).

C'est peut-être parce que le "cher camarade" (de La Cgt de toutes et tous les amis sans exclusive) en question est passé du NPA au FN que personne n'a rien vu venir? Ou peut être que la majorité des adhérents du syndicat en question partageait les idées de son secrétaire général ? Peut être même qu'ils l'ont élu, lui, parce qu'ils se reconnaissaient dans ses idées? Non, c'est impossible, car ces "camarades" appartenaient à La Cgt. Or La Cgt se prononce clairement contre les idées de l'extrême-droite... D'ailleurs la section a finalement été désaffiliée, non ? Voilà, c'est tout propre! et il ne s'est jamais rien passé.

Donc rien à voir avec la Cgt CG59, puisque la présence de deux conjointes de permanents de l'UD ou affiliés dans le sextuor tutélaire garantit sa probité. À peine si, après quelques verres à notre propre congrès ou il s'était invité avec une phalange de démocrates aux gros bras dans un "syndicat de bonnes femmes", le secrétaire général de l'UD du Nord confesse, sans qu'on lui ait rien demandé (magie du vin), avoir entendu des "horreurs" sur les Rrom lorsqu'ils avaient touvé refuge à la Bourse du Travail de Lille. Cela après qu'ils furent expulsés pour ne pas gâcher la fête de l'inauguration du Grand stade Víctor Jara de MMmes Aubry (PS) et Demessine (PC) -- mais c'est une autre histoire.

Hasard, on a entendu les mêmes choses dans nos réunions de bureau ou de CE. La preuve de l'entente conjugale par le Rrom. Qu'on se rassure sur leurs motivations, leur dévouement, leur sens du sacrifice et la rigueur de leurs "opinions", naturellement exemptes de tout ressentiment ; le carburant de l'extrème droite, justement. Simplement du gros bon sens : si les pauvres puent au guichet, c'est parce qu'ils puent. Pas besoin d'aller chercher midi à quatorze heures. Ce n'est tout simplement pas agréable, et il faut avoir l'esprit drôlement tordu, démocratiquement carencé, pour en extrapoler quoi que ce soit.

Aussi, lorsqu'une coalition aussi improbable qu'opportuniste comptant "progressistes" sociaux-démocrates notoires, "honorables correspondants" presque aussi notoires, et surtout excellents camarades animés par toutes sortes de bons sentiments que l'air du temps permet maintenant d'exprimer sans complexe (le tout emmené au son du pipeau culturel par un histrion épris de lui-même), lorsqu'une escouade de conjurés, donc, qu'on n'a jamais vu prendre la moindre position tranchée devant les instances de "concertation" va chialer qu'elle n'arrive pas à prendre le pouvoir (et pour cause puisque se sachant très largement minoritaire elle n'a même jamais tenté de le prendre à la loyale) la fédé, épaulée par le procureur Delbar de l'UD, démarre au quart de tour et parvient, à partir de rien (la démission en mars de deux SG, démocratiquement remplacées dans les jours qui suivent en attendant le congrès prévu de longue date pour la mi-juin) à systématiquement encourager et organiser le travail de sape d'une quinzaine (?) de factieux, enfin soutenus dans leurs légitimes aspirations. À bien beurrer la merde. En toute connaissance de cause sur la composition du produit.

Aussi, lorsque quelques "fachos!" fusent dans une assemblée où de généreux syndiqués viennent de refuser le soutien à une camarade luttant contre l'expulsion d'un étranger mineur, il faut se persuader qu'il s'agit bien évidemment de propos insultants inadmissibles. Méprisants, même. Et pour tout dire: autoritaires, dans la Cgt de tous les amis qui doivent penser comme le plus grand nombre (ce qui constitue la meilleure garantie de ce qu'ils ne peuvent pas se tromper). Baptiste Talbot "désapprouve" ce genre de réaction. Et l'a fait savoir en signant l'ouverture des hostilités. Il préfère, dit-il, l'explication, la pédagogie, la patience, quoi... D'ailleurs, si l'on devait se passer des cotisations et des suffages de tous les ami-e-s qui insistent sur la différence entre politique et syndicalisme (vous connaissez la rengaine) où irait-on?

L'expérience est en cours.

Mais ce qui est sûr, c'est qu'après avoir vu nos aimables tuteurs à la manoeuvre au cours de ces derniers jours, exhiber ce qu'ils ont dans le ventre et ce dont ils sont capables, on se gardera bien de les traiter de "staliniens". Faut pas tout mélanger...

 


 

chr_mal_25_04.gif

Lire la suite

"Parrainage" et manigances de clique

1 Août 2014 , Rédigé par Miette Publié dans #La buanderie du sycophante

 


  "L'âme de certains individus m'empêchera toujours de croire en Dieu"

Léo Ferré

 

 

Qui parraine qui? Qui assume les insinuations et les intimidations envers nos collègues afin de les disposer à perpétrer des voies de fait sur les moyens de d'exercer les droits syndicaux de la CGT au département du Nord?

Alors que l'autorité départementale affiche une posture de neutralité prudente -- en réalité d'attentisme -- dans le conflit radical qui oppose actuellement la Cgt CG59 aux putschistes de l'actuelle direction de la fédération des services publics, des tiers intrus allèguent maintenant de l'autorité de La Cgt pour abuser des salariés de notre collectivité en rien mêlés à nos différends.

S'ils se gardent de laisser la moindre trace écrite, nous connaissons cependant ces troisièmes couteaux : ils n'appartiennent ni à la troïka omnipotente retranchée dans les silos de Montreuil, ni au sextette de curatelle pourtant officiellement désigné à la manoeuvre locale.

Aussi ces individus ne disposent d'aucun titre à représenter les uns  ou les autres. Si nous refusons de jouer "aux plus cons" en portant  plainte contre les salariés abusés qui attentent à nos droits  syndicaux, afin qu'ils se retournent vers leurs intimidateurs qui à leur tour se retourneraient contre leurs "parrains" (très probable, au vu de leur pedigree de faux-jetons), on n'en commence pas moins à atteindre un degré de turpitude... dont personne ne sortira indemne à La Cgt.

Six noms figurent sur notre avis d'incapacitation. Parmi lesquels un  tiers identifié de conjointes de permanents vernaculaires;  naturellement dépourvus de partialité, étant donné le point essentiel  du différend...

On n'ira pas jusqu'à écrire qu'ils sont payés pour cela, mais qu'ils aient au moins le courage de prêter directement la main aux coups de force ! Au lieu de quoi ils manigancent par procuration. Se cachent (à Montreuil? à l'UD? en tout cas c'est jeûne intégral à la cantine depuis des semaines!), ne s'expriment jamais, et envoient au front de téméraires kamikazés, qui mettent à leur tour en danger des tiers "innocents". Bref, ça se range derrière la prétendue autorité du mé-maître, pour assouvir de viles passions en poussant moins couard que soi à commettre les forfaits: et voilà la première marche du fascisme allègrement montée...

Alors que les choses soient claires: si l'on "excuse" et protège (eh oui) les collègues abusés, il ne sera plus question de lever le petit doigt en faveur de nos persécuteurs lorsque le vent aura tourné. Nous avons été très cons (surtout très connes) jusqu'à une date récente. Pour certains d'entre-eux, nous avons consacré des soirées et des week end à débrouiller leurs affaires qu'on savait déjà... merdeuses. On peut faire crédit à cette histoire de nous avoir insensibilisé(e)s aux jérémiades. Si leurs gesticulations (tactiquement stupides) ne nous sont en pratique que des obstacles à franchir et qui nous aguerrissent, il semble que, dans les services, d'aucuns ne manqueront pas de se rappeler à leur bon souvenir lorsque la situation sera éclaircie. Nous saurons alors, comme Talbot aujourd'hui, nous retirer dans l'Olympe (ou aux Enfers).

Cette actualité (mais on verra que l'histoire bégaye) nous invite à  rendre public un courrier daté du 3 juillet 2014 (par conséquent  il y a un mois) adressé spécialement à M. Patrick Kanner, président du  Conseil Général du Nord, et aux organisations syndicales de la  collectivité (liste de destinataires plus complète en fin de verbatim).

La tentative, par un recommandé adressé le 10 juillet dernier, de mise sous tutelle de notre syndicat engagée par un présumé oukase du comité exécutif fédéral (coucou! les cinquante neutrinos capables de traverser la terre sans tilter un capteur) voté le jour même (soit le 3 juillet 2014, et l'on aurait tort de s'étonner de la coïncidence, quand il s'agit tout simplement d'intrication quantique) ne modifie en rien notre position d'alors.

Au contraire, des développements récents, comme la coupure de notre accès à la messagerie d'entreprise, le changement des serrures du local ou la disparition des chéquiers, intervenus « dans la confusion la plus totale » (pour reprendre une formule de la troïka), nous incitent à l'exhumer. Pour l'Histoire, l'édification des camarades, et en insistant auprès des collègues tentés ou incités, par des faussaires et des provocateurs, de se livrer à des actes répréhensibles. En profitant cette fois de l'audience abusivement acquise par ce blog au sein de notre établissement et au delà.

Cette publication nous donne l'occasion de reconnaître que le verbatim publié ci-dessous ressortit à l'évidence de la catégorie des courriers "injurieux à destination de tous, y compris l'autorité territoriale et les autres syndicats" (cf. toujours la lettre de mise sous tutelle)...

Enfin, encore une note d'éclairage du contexte à l'intention des lecteurs extérieurs au CG59.

La rédaction de ce courrier avait été motivée en urgence à la suite d'incidents ayant émaillé plusieurs HIM (heures d'information mensuelle réunissant des personnels non syndiqués, syndiqués ou adhérents à d'autres organisations) sur des sites où les esprits étaient quelques peu échauffés (entre collègues). La Cgt régulière, consciente des risques encourus à laisser certains des ses adhérents partir en roue libre, avait souhaité différer de quelques jours la tenue de ces HIM afin de pouvoir y assurer conjointement la présence de camarades réputés de sang froid.

Las! l'entité désignée sous le libellé "Fédération des services  publics La Cgt" s'était empressée d'émettre des convocations, autorisations d'absence, et intimations auprès des responsables de sites (en fausse monnaie d'avant le 11 juillet, date de notification de tutelle), sous la responsabilité de l'ingénu "animateur du collectif collège de la Fédération de services publics La Cgt".

Résultat : dénonciations corporatistes (personnel d'entretien versus cuisiniers), pressions à l'encontre d'une stagiaire brigadiste afin de faire main basse sur des documents, et insultes ordurières, lors d'une HIM dans un établissement de la côte, estampillée "La Cgt" à notre corps défendant, à l'adresse d'une collègue qualifiée notamment de "pute à X..." avec dépôt de plainte à la clef. (Désolés de faire dans le sordide et le trop concret: nous aurons appris à nous départir du fair-play bourgeois, maintenant que nous nous savons aux prises avec des voyous en bande organisée.)

En reportant la tenue de ces HIM, nous ne visions rien moins que "le  retour au calme, au respect et à la fraternité" (toujours en  vernaculaire troïkesque). La FDSP La Cgt en avait décidé autrement, et  ce fût une grande réussite pour "toutes et tous [...] oeuvrer ensemble  pour une CGT forte, unie et offensive, répondant aux attentes des salarié-e-es." (ibidem).

On comprendra toutefois qu'il n'était pas question d'endosser la responsabilité de ces conneries, d'autant plus prévisibles, de part et d'autre, que nos illustres bienfaiteurs de la fédé, à commencer par saint Louis, Ponce Pilate et Hérode (la trinité Talbot), s'étaient entretenus à loisir avec les mêmes. "On s'est connus, on s'est reconnus...", comme dit la chanson.

Tant qu'on y est, ajoutons encore que, ne retrouvant pas leur patronyme dans la notification de mise sous tutelle, nous nous étions naïvement imaginés que la troïka avait fait son deuil des conjurés les plus... incontrôlables. Eh bien pas du tout! Leurs talents n'ont pas été répudiés, mais seulement "occultés". Causa nostra. Ou comme dirait l'un d'eux, égreneur notoire de pages... roses : errare humanum est, perseverare diabolicum!

--8<--------------------------------------------------------------------

Monsieur Patrick Kanner

Président du Conseil Général du Nord
Lille, le 3 juillet 2014

Courrier avec récepissé

Monsieur le Président,

Le syndicat Cgt des personnels du département du Nord met en garde l'autorité territoriale, l'administration départementale, les personnels et ses propres syndiqué-e-s contre l'utilisation abusive sinon frauduleuse de son nom et autorité, fût-ce sous le libellé "Fédération des services publics La Cgt".

Le syndicat Cgt des personnels du département du Nord se désolidarise d'ores et déjà des agissements des personnes, syndiquées ou non au syndicat Cgt des personnels du département du Nord, qui se sont cru autorisées à revendiquer la bannière Cgt, malgré le désaveu préalable, pour commettre des actions qu'il ne saurait cautionner et qu'il
réprouve.

Nous invitons tout-e collègue ayant pu se sentir menacé-e, diffamé-e, ou simplement mis-e en difficulté, etc, de nous en avertir afin de déterminer ensemble les suites - éventuellement judiciaires - à donner à ces faits.

Enfin le syndicat Cgt des personnels du département du Nord rappelle qu'il est seul à disposer des autorisations d'absence et des décharges d'activité pour activité syndicale et invite les agents et ses syndiqué-e-s à ne pas se mettre en difficulté en utilisant des titres sans valeur émis sous le label "Fédération des services publics La Cgt".

Pour la commission exécutive
Le secrétariat général

Copie :
Xxxxxxxxx Xxxxxxx – Animateur du collectif collège de la “Fédération 
de services publics La Cgt”
Marie Fabre – Vice-Présidente aux Ressources Humaines
Xxxxxxxxx Xxxxxxx – Responsable du service “Vie syndicale”
Organisations syndicales de la collectivité
--8<--------------------------------------------------------------------

 

joker-playing-card-ace-of-1653275-480x320

Lire la suite