Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

DSK et le Losc, on s'en fout !

23 Mai 2011 , Rédigé par TriNiTy Publié dans #management social-liberal

La révocation par Bernard Derosier de notre collègue Xavier en décembre dernier, n'est pas de nature à faire monter les ventes de la presse écrite. Dommage, c'est l'esprit du nouveau siècle : du tapage (médiatique), des coups fumeux, du sensationnel, du superficiel et de l'esbrouffe. Le licenciement d'un homme, ça représente quoi, dans un siècle où la misère et l'injustice explosent en même temps que les profits et le cynisme  ?

 

Peu susceptible d'être relayée par les media officiels, nous demandons aux camarades blogueurs de bien vouloir relayer la déclaration  de la CGT 59 contre Bernard Derosier, ex-Président du Conseil Général du Nord, accusé d'avoir révoqué Xavier dans un contexte de cabale, de coup monté et de vengeance.

 

 

Accusation CGT :

Xavier ou la clémence de Derosier

 

Au Conseil Général du Nord, on peut donc être révoqué sur des histoires de "cornecul"  sans dossier au pénal. On se demande bien pourquoi les autres patrons territoriaux ne révoquent pas leurs agents accusés et condamnés au pénal pour diffamation, vol ou voies de fait et se contentent de les suspendre quelques mois.


Qui a voté pour le principe de la révocation de Xavier lors du Conseil de Discipline ? deux syndicats ont voté contre (Sud, Cfdt), l'Unsa s'est abstenue. C'est le patron qui a saqué notre collègue, des élus socialistes dont notre actuelle Vice-Présidente aux ressources humaines (ça promet !) et un élu communiste : "protégez-moi de mes amis, mes ennemis (...)"

 

L'ex-Président Derosier a tranché : "qu'on lui coupe la tête" et Xavier pointe à Pôle Emploi.


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Xavier M 19/07/2011 11:06



2 mois s'étant écoulé depuis mon intervention, je peux maintenant en faire révélation.


Début juin 2011, j'ai contacté le nouveau Président du Conseil Général pour lui faire part de mon dossier disciplinaire, de ses conséquences (avec une telle sanction sur le dos, ma reconversion
est quasi impossible), des zones d'ombres du dossier et de ses contradictions, notamment des fausses déclarations faites devant la justice par le directeur de la DEAJ (depuis 2011) et des
affirmations effectuées sans preuves, de la jurisprudence administrative rendant la sanction prononcée dans mon dossier disproportionnée voire irrationnelle (c'est comme si on condamnait un
cambrioleur à la réclusion criminelle), des témoignages de moralité de mes anciens collègues et de mes anciens supérieurs hiérarchiques.


Je n'ai eu aucune réponse.


J'en fais la conclusion suivante: la nouvelle Présidence ne vaut guère mieux que l'ancienne, voire elle est pire car contrairement à l'ancienne, elle n'était pas partie prenante au dossier.


Les pièces de ce dossier ne visent pas le nouveau Président qui n'a même pas été membre du conseil de discipline.


Qu'est-ce qui l'empêche de faire preuve d'un minimum d'écoute  (voire d'humanisme)?


Même s'il ne remet pas en cause la sanction, il devrait au moins par sens d'équité entendre le présumé auteur (qui n'a jamais été entendu par l'ancienne Présidence).


Je n'ai eu pour tout contact qu'une rencontre avec la DRH en décembre 2010 annonçant ma révocation sans que je puisse apporter mes arguments (les représentants de 3 syndicats en sont
témoins).


Même dans le privé, cela ne se pratique pas sauf cas exceptionnels qui font eux l'objet d'articles de presse.


Par ailleurs, ayant compris le message, je suis prêt à m'engager à ne plus revenir au Département (ce que j'ai dit au nouveau Président).


Tout ce que je demande, c'est l'effacement de la sanction pour pouvoir me reconvertir dans de saines conditions.


Ils ont beau attaquer le gouvernement (ce qui en devient risible), les élus du CG 59 créent donc aussi de l'exclusion.


Avec le recul, ce que je donnerai comme conseils au collègue, c'est que si un supérieur hiérarchique direct les attaque fortement, il faut qu'ils se mettent tout de suite en arrêt
maladie puis en longue maladie.


Ca ne sert à rien de jouer franc jeu et de faire preuve d'honnêteté, il ya trop de protection au sein des services et même à l'extérieur. Les chefs de service ont tous les droits.



Xavier M 09/06/2011 15:12



Effectivement, je pense aller à la CEDH si la probable collusion entre le politique et le judiciaire se confirme.


Notamment, le contradictoire n'a pas été respecté.



Bocquet 07/06/2011 19:01


Bonsoir, Je travaille en tant qu'adjoint au CG du Nord. Je suis vraiment stupéfaite de cette situation. Ça fait vraiment peur! On a intérêt a se méfier! Compter sur moi pour relater cette situation
a mes collègues. Bon courage Xavier tu as mon soutient


Maguy 06/06/2011 19:54



C'est vraiment  une histoire de fou . Mais je pense peut-être à tord que tu pourrais saisir la cour européenne des droits de l'homme en plus du pénal.  Tout cela demande du
temps  mais si les appels ne sont pas faits dans les délais il y a prescription et les chances que tu pourrais avoir seront réduites à néant.


Bon courage



Tourtaux 05/06/2011 21:03



Peut-être n'es-tu pas seul à te servir de l'ordinateur du syndicat. Ce commentaire aurait du figurer en 6ème position et je regarde votre blog plusieurs fois par jour.


Y aurait-il une taupe au sein de votre syndicat?



modérateur 05/06/2011 21:22



C'est une question de mot de passe - nous sommes plusieurs à le connaître,  mais ton commentaire n'a pas été supprimé - il a dû simplement s'égarer dans l'espace électronique d'over-blog. Ca
arrive aux miens parfois