Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog révolu CGT-révolue du Département du Nord

Xavier Mathieu : un coup de gueule et alors ?

24 Août 2009 , Rédigé par Le Peinard Publié dans #anti-langue-de-bois


Ce qui est normal dans une organisation syndicale ? C'est la lutte pas l'inertie.


Mon Dieu, Jesus, Marie, Joseph !  Quelle histoire ! Y'a le copain délégué de chez Continental, Xavier Mathieu, qui a eu un coup de gueule à l'encontre des "hauts cadres" de la CFDT et de la CGT - il les a  traité de racailles. Xavier, bon enfant, reconnaît son erreur. Il n'aurait pas dû utiliser  le terme racaille impraticable après l'Omnipotent. A froid et à tête reposée, Xavier estime qu'il aurait dû dire "parasite". On pige.
Faut dire, le gars, il lutte - pour de vrai -  avec ses copains et les salariés de Conti depuis des mois. La crise financière pour eux c'est du concret, c'est le chômage à l'horizon,  pas de flouze, pas d'avenir, des privations  pour les gamins, c'est pas du blabla de salonnard. Il faut expérimenter ce type de combat au quotidien face aux larbins du patron et aux institutionnels,  face à l'arrogance, au mépris et  à l'intimidation. Il faut se mettre à la place des gars qui sont sous tension, les nerfs à vif, la peur au ventre,  en beau maudit, angoissés, écoeurés,  desespérés mais qui résistent pour limiter la casse de leur vie. Ce militant a quand même obtenu dans la lutte collective 50 000 euros d'indemnités pour chacun des  1120 licenciés des Contis. C'est pas rien quand on va aller pointer  et se faire humilier dans les pôles emploi - shit heap -  "managés" à la cruauté. C'est pas bézef quand on compare avec les indemnités des parlementaires et les rémunérations des patrons et des actionnaires.
Les "Conti", souvenez-vous, ce sont eux qui ont  customisé la sous-préfecture de Compiègne dans l'Oise le 21 avril dernier. Y'a des contextes  de  violence  (légale celle-là) patronale et sociale qui vous jettent hors de vous,  comme quand un tribunal entérine la décision de fermer votre entreprise. Mais, les "Conti" c'est pas des électeurs de droite comme pour la FNSEA. Autant ces gars-là avait pu mettre à sac  une sous-préfecture et la permanence de Voynet alors ministre,  sans craindre d'être poursuivis, autant les ouvriers licenciés ont intérêt à se tenir à carreau. Nos copains ont donc été traduits devant un tribunal et ont vainement attendu le soutien de leur Confédération. Ca énerve les poils des jambes, ça fout les boules, ça colle la haine.

Après, planqué derrière son bureau design,  on peut toujours faire sa chochotte et voilà notre  Le Digou, une  grosse pointure confédérale, qui  déclare dans la Tribune du jeudi (journal du PPA - Parti de la Presse et de l'Argent) :   «Ces propos dépassent largement ce qui est normal dans une organisation syndicale».

Ce qui est normal, Camarade, dans une organisation syndicale c'est la revendication, la défense des salariés, la solidarité, le soutien et la lutte collective. Dans une organisation syndicale, seules les déclarations  des membres du BN (Bureau National pas Biscuiterie Nantaise) contre les camarades engagés dans la lutte de classe ou contre le principe de la grève générale déclarée obsolète sont inadaptées et irrégulières.


"S'ils s'obstinent ces cannibales, à faire de nous héros
Ils sauront bientôt que nos balles, sont pour nos propres généraux"
extrait de l'Internationale




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cauet 10/09/2009 22:27

Le gros probleme est que la cgt d'en haut  devient de plus en plus reformiste, qu'elle cherche de plus en plus d'accomodation et dès que s'exprime la legitime colère, il y   fracture entre la base et la direction dont je demande si elle connait encore le mot " lutttes". Il faut quand meme se rappeler que les Conti-cgt  etaient tres minoritaires dans leur boite, alors parvenir à arracher des ind de depart à cette hauteur, je dis Chapeau bas .....meme si les emplois sont perdusparenthese : quand les paysans bretons ont mis le feu au parlement de rennes, il n'y a eu de condamnations....pierre cauet, delegué syndical arcelor dunkerque

modérateur 11/09/2009 13:48


Arcelor...je me suis retrouvé dans une manif metallos dunkerquois et du  chantier naval,  entre les manifestants et la maison poulaga il y a plus de vingt ans à l'occasion de la venue
d'Edith Cresson, je crois, à Lille. Ca ne rigolait pas, ça volait dans les tous les sens, les boulons, les lacrymos. J'y ai gagné un casque de chantier offert par un manifestant.


Tourtaux 31/08/2009 07:24

Alors fouillons !

Tourtaux 29/08/2009 12:25

Pour revenir à notre camarade Xavier MATHIEU :  ancien CDH, je suis outré d'apprendre que l'association des "Amis de L'Humanité" vient de rejeter Xavier en lui retirant l'invitation qu'elle lui avait adressée pour participer à la fête de L'Huma. Je viens de mettre un article sur mon blog concernant cette scandaleuse "décision" qui, à mes yeux d'OUVRIER qui n'a pas pour habitude de faire de l'excès d'ouvrièrisme, laisse supposer que seule une certaine élite peut prétendre s'exprimer "proprement".Ces "révolutionnaires" s'imaginent sans doute que la Révolution se fait ou va se faire avec un language fouillé et à leur convenance et bien MERDE ALORS !  Jacques Tourtaux

modérateur 30/08/2009 23:36


"Un langage fouillé" - ce serait déjà bien. Ils n'ont jamais été aussi ignorants que maintenant sur le plan théorique.


herisson 28/08/2009 22:56

Il est une chose qui a nuit beaucoup au syndicalisme français (unique en son genre), c'est la demission du parti socialiste et la marginalisation de la volonté politique de lutte contre le capital.Il me semble qu'aujourd'hui une lumière se rallume qui tente de porter les luttes ouvrière et salariale sur le champ politique.Ce sera peut etre pas le grand soir, mais c'est déjà une continuité qui revient. Elle est déjà au pouvoir en Amérique du Sud.Maintenant on le sait ce que craint le capital, c'est le desespoir, alors il met en place la résignation, aidé dans sa tache par ceux qui devraient porté l'espoir.Combien valent aujourd'hui 30 deniers ?

modérateur 29/08/2009 11:37


Non seulement le PS a renoncé à lutter contre le Capital mais en plus il a renforcé son socle, c'est à dire la propriété des moyens de production, en livrant à la concurrence ce qui appartenait à
tous : transports, éducation, formation, énergie....


machin 27/08/2009 22:30

On découvre tout à coup que, en tant que militant, on se pose beaucoup de questions, savoir si on n'est pas dépassé, trop vieux, si ça va pas trop vite pour nous...Et p'is de blog en blog, le débat s'ouvre. Et alors on se rend compte qu'on n'est pas si barjot que ça, ou du moins, qu'on n'est pas le seul, que c'est vrai qu'il y a bien quelque chose qui déconne, et que la pensée unique poursuit son hideux dessein. Bonne route aux copains du SGPEN du Nord ! Un ancien militant corrèzien, administrateur également à ses heures perdues du blog de la CGT CG 19 !

modérateur 27/08/2009 23:12


Dépassé on l'est tous  par les salves de destruction des protections sociales et salariales. Tout y passe l'Education Nationale, la Santé, la Vieillesse, les libertés publiques et privées, les
Transports, l'Energie, l'Industrie...  - attaques successives et simultanées de tous côtés avec une majorité de citoyens qui restent comme fascinés, sidérés par le boa qui va les gober tout
cru avec leurs godasses. Mais on continuera quand même à aller au charbon.
Le message sera transmis aux copains du SGPEN.